- PUBLICITÉ -
Entête - Lettre Ouverte

Automne qui déraisonne…

Depuis la Terre,
Jusqu’à Jupiter
Ou bien, jusqu’à Mercure,
À moins que ce ne soit Saturne, Ou alors Neptune,
La Lune ?
Enfin, de notre système solaire, À des années-lumière :
Saison morte,
En cohortes,
Encore et encore,
Sonnent à nos portes
Foules d’indésirables…
Chaque année, inévitable !

À en fendre aortes,
À la manière d’une lionne en rogne ; À la manière d’un ours qui grogne, Sans bornes,
Un ciel qui tonne
Et qui détonne,
La planète tout entière résonne ! Tonnerre ! tonnerre ! tonnerre ! Vacarme d’enfer !
Rien qui ne réconforte !

Percent un ciel gris,
Quelques aveuglants éclairs,
La pluie qui abonde,
Et les rues qui s’inondent
Un vent ; lequel de toutes ses forces
Bœufs écornent
Un vent qui cogne !
Se dénudent alors érables
Et autres arbres !
En guise d’unique habit,
Branches et écorce.
Sur le sol ;
Puis, tout autour de nos têtes,
Comme de vraies folles,
Nous font impitoyablement la fête,
De froid, tas de feuilles rougies qui virevoltent !

Fin septembre,

Un autre été, qui là, se rendort, De l’automne,
C’est l’amorce.
Jusqu’à fin novembre

« Temps des Morts… », Brusquement, se célèbre. Triste sort !
Atroce !

On range les shorts,
Pour rechausser les bottes Terminées… les récoltes ! De la rentrée… les soldes !

Retour aux bancs d’école : Cahiers, crayons, ciseaux et colle. Pour de bonnes notes
Et atteindre la cote ;
Très tôt, au dodo,
On se remet au boulot.

En prenant leur envol,
Les enfants qui s’affolent
Ou jouant les drôles,
Tout déguisés en trolls,
Agitant nerveusement de maigrichonnes guibolles, Quelques mariolles et guignols
Certains qui s’étonnent ;
D’autres qui chantonnent.
À chacun son rôle !

À bas pleurs et peurs ;
Élèves ou professeurs,
Tous en chœur,
Et dans la bonne humeur.
À leur plus grand bonheur,
Tous ensemble, à la bonne heure !

Louise Auclair, Bois-des-Filion

|

Louise Auclair

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours Gagnez vos sorties resto
- PUBLICITÉ -
Top