- PUBLICITÉ -
Une figure marquante du monde des affaires blainvillois

La récipiendaire du dernier prix Michèle-Bohec, Suzanne Gagnon, accompagnée du préfet de la MRC de Thérèse-De Blainville et maire de Blainville, Richard Perreault, ainsi que de la récipiendaire du même prix de l’année dernière, Christine Vachon.

Une figure marquante du monde des affaires blainvillois

Boulevard et prix Michèle-Bohec

L’apport de la famille Bohec est des plus significatifs à Blainville. Un boulevard porte aujourd’hui le nom de Michèle-Bohec, connue à titre de cofondatrice de l’entreprise La Petite Bretonne, pour honorer sa contribution sociale et économique dans la région et la ville.

C’est en 1967 qu’elle rencontre un certain Serge Bohec, Breton d’origine, un pâtissier et entrepreneur arrivé à Montréal en 1964, puis reconnu pour sa production de délicieuses madeleines «nord-américaines» . Mme Bohec, née Lavoie, devient alors sa plus précieuse collaboratrice, ainsi que sa femme, quelques années plus tard.

Débutant auparavant la production dans la métropole, en 1969, ils déménagent leurs activités dans un local plus spacieux, sur le boulevard des Laurentides, à Laval, pour finalement déménager, une nouvelle fois, en 1976, cette fois, sur le boulevard Curé-Labelle à Blainville. Cette nouvelle étape permet à La Petite Bretonne de moderniser ses activités de production.

Implication pour les gens d’affaires

Aux dires d’un site biographique lui étant dédié, Michèle Bohec s’est très vite impliquée au sein de la communauté blainvilloise via l’Association des gens d’affaires de Groulx (AGAG). Cet organisme fut créé le 30 novembre 1979 sous le nom d’Association des hommes et femmes d’affaires de Blainville-Ste-Thérèse. En 1981, Michèle en est élue vice-présidente et après trois années, elle accède à la présidence.

«Le mandat ultime qu’elle se donne à titre de présidente repose sur la fusion de l’AGAG et de la Chambre de commerce de Boisbriand, afin de former la Chambre de commerce de Groulx, aujourd’hui connue sous le nom de la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville (CCITB), écrit-on, sur ce site biographique dédié à la vie de Mme Bohec. Ainsi, c’est en mai 1985 que Michèle Bohec atteint son objectif. Avec l’aide de Francine Côté-Paquin, présidente de la Chambre de commerce de Boisbriand, la Chambre de commerce de Groulx voit le jour

À titre de présidente sortante et de première femme gouverneure de la Chambre de commerce de Groulx, Michèle Bohec a l’honneur de remettre, en juin 1985, le premier prix Personnalité de l’année lors du gala annuel de la Chambre, événement de prestige aujourd’hui devenu une tradition et un incontournable des gens d’affaires de la région, à la Chambre de commerce et d’industrie de Thérèse-De Blainville.

Michèle Bohec est gouverneure de la Chambre de commerce de Groulx pendant les années qui ont précédé son décès. Elle est l’organisatrice de centaines de dîners d’affaires où plusieurs personnalités sont invitées à prendre la parole.

Son héritage

Suite à son décès, en 1988, la Chambre de commerce de Groulx a décidé de renommer le prix de la «Personnalité de l’année» , s’appelant désormais le «prix Michèle-Bohec» . C’est en juin 1988 que Serge Bohec remet le tout premier prix qui porte le nom de sa défunte femme. Ce même honneur est encore remis annuellement, lors du gala hommage de la CCITB.

Cela dit, en janvier 1990, le conseiller municipal Pierre Gingras présente une résolution modifiant la désignation du boulevard Belestre en boulevard Michèle-Bohec. Celui-ci est aujourd’hui l’un des grands fleurons du parc autoroutier de Blainville.

Pour plus d’informations concernant cette femme marquante du monde des affaires: [http://www.michelebohec.com]. Ce site est également la source principale du présent reportage.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE

Concours restos de l'été
- PUBLICITÉ -
Top