- PUBLICITÉ -
Une brève histoire de guerre

Une Brève Histoire De Guerre

Une brève histoire de guerre

Plan Bouchard

Nous sommes en pleine Deuxième Guerre mondiale, en 1939, alors que le Canada s’est engagé pour combattre l’Allemagne nazie, ayant besoin d’armes, de véhicules, d’uniformes et de munitions comme des balles de fusil ou des bombes. Blainville devient alors un lieu de production militaire, comme le témoignent les vestiges actuels sur une partie du territoire, le Plan Bouchard.

Le Plan Bouchard est une usine qui compte 476 bâtiments à l’époque, soit en 1945 et qui s’établit à Sainte-Thérèse-De Blainville, en 1941. L’entrée de l’usine était située tout près de l’endroit où se situe l’actuel Hôtel de Ville, produisant des munitions pour les gros canons, les bateaux et les avions. Elle emploie 6 300 personnes, dont beaucoup de femmes, soit 60 % des travailleurs selon les estimations historiques. D’ailleurs, la Ville n’a pas oublié de souligner ce fait. L’un des personnages ambassadeurs du 50e anniversaire de Blainville, Aline, est le symbole de cette grande époque de notre histoire.

En fait, l’arrivée des femmes sur le marché du travail est un phénomène nouveau dans les années 1940. En effet, elles travaillent peu à l’extérieur de la maison avant cette

deuxième «Grande guerre» , mais vu la demande en hommes sur le front européen, il fallait trouver la main-d’œuvre requise pour combler l’effort de guerre, ici, en sol allié et canadien.

Revenant à l’usine, celle-ci occupe 6 106 arpents (environ 25 km2) avec le Plan Bouchard, de 1941 à 1945, et ensuite la base militaire, de 1946 à 1972. Ce territoire a été choisi parce qu’il offrait la possibilité d’un grand espace, d’un bon bassin de main-d’œuvre, la proximité de deux lignes de chemin de fer et la présence de l’eau.

Sur le site, il y avait aussi un centre communautaire, un terrain de balle, des services d’autobus ou des baraquements d’habitations. Un hôpital était également présent, où plus de 25 000 accidents ont été répertoriés.

La fin d’une époque

Lorsque la guerre se termine en 1945, l’usine n’est plus nécessaire et elle est fermée. En 1946, c’est l’armée canadienne qui s’installe sur les terrains abandonnés du Plan Bouchard, devenant alors le Camp Bouchard. L’armée nationale y installe un dépôt de matériel comprenant des fusils, bottes, casques et des munitions pour fusils.

Clôturé et surveillé, les soldats et leurs familles y résident, venant de partout au Canada.

Enfin, étant la fin d’une grande époque, la base sera fermée définitivement au début des années 1970, sous l’administration du premier maire de Blainville, Roger Boisvert, en raison d’une réorganisation des forces armées canadiennes.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top