- PUBLICITÉ -
Un scénario livré par des acteurs investis, drôles et touchants

Un Scénario Livré Par Des Acteurs Investis, Drôles Et Touchants

Un scénario livré par des acteurs investis, drôles et touchants

La chute de l’empire américain

(V. L.) – C’est avec beaucoup de générosité et d’accessibilité que les acteurs principaux du dernier film de Denys Arcand, «La chute de l’empire américain» , ont rencontré leur public et les médias dans les salles de cinéma de la Rive-Nord, dont celles du Cinéma St-Eustache.

Au cours du lancement de ce film, le 21 juin, une semaine avant sa sortie officielle, Denise Robert a pris le microphone pour annoncer avec fierté que sa production «La chute de l’empire américain» sera distribuée partout aux États-Unis et aux quatre coins du monde. Belle réussite pour cette œuvre à 100 % québécoise.

«Le scénario raconte notre réalité québécoise, mais au-delà, j’ai voulu en faire un propos universel» , a exprimé avec humilité le cinéaste Denys Arcand.

Synospis

C’est l’histoire de Pierre-Paul (Alexandre Landry), 36 ans, intellectuel et docteur en philosophie qui est forcé de travailler comme livreur pour avoir un salaire décent. En livrant un colis, il tombe sur une scène de vol à main armée qui tourne mal: deux morts. Il se retrouve devant deux sacs de sport remplis de billets de banque. Confronté à un dilemme: repartir les mains vides ou prendre l’argent, fuir et retrouver une vie plus confortable?

«Sa vie est un échec, il n’arrive pas à la hauteur de ses idéaux et cet argent pourrait bien changer quelque chose» , raconte Alexandre Landry avec passion. «Mon personnage fera trois actions impulsives, voler l’argent, appeler une escorte (Maripier Morin) et s’entourer de Bigras, alias Brain, interprété par Rémy Girard» , précise-t-il. «C’est un criminel doux, un bandit à cravate» , ajoute Girard.

Bref, ce film de Denys Arcand est une réflexion drôle et touchante sur la prédominance de l’argent dans nos sociétés quand toutes les autres valeurs semblent s’être écroulées. «Nous sommes tous des sujets de l’empire américain. Cet empire se meurt et ses convulsions nous touchent brutalement» , conclut Denys Arcand entouré de ses dignes comédiens qui ont su livrer ses textes avec brio.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top