- PUBLICITÉ -
Un espace bientôt habité

Photo Claude Desjardins

La construction va bon train, au Quartier Belmont, qui accueillera bientôt ses premiers locataires.

Une fois les travaux complétés, le Quartier Belmont aura cette allure.

Un espace bientôt habité

Quartier Belmont

Partie prenante de cet élan de renouveau qui anime le centre-ville thérésien, le Quartier Belmont est sur le point d’accueillir ses premiers locataires, dans les édifices qui s’élèvent désormais sur ce terrain de 40 000 pieds carrés situé entre les rues Dubois et Dion, avec une imposante façade sur Turgeon.

«Le promoteur maintient la cadence de construction» , confirme le directeur du Service d’urbanisme et du développement durable à la Ville de Sainte-Thérèse, Nicola Cardone, en parlant du Groupe Mathieu, entreprise blainvilloise qui, rappelons-le, avait été retenue, au printemps 2017, à l’issue d’un appel d’offres pancanadien lancé par la Municipalité qui souhaitait trouver le meilleur projet qui soit pour développer ce quadrilatère désigné à ce moment sous l’appellation «îlot Turgeon» .

La Ville avait précédemment fait l’acquisition du terrain et procédé à la démolition des maisons qui s’y trouvaient, dont la maison du Forgeron et la maison Lesage, avant de partir à la rechercher d’un promoteur qui y développerait un projet d’envergure respectant certains critères (originalité, rappel historique, activité sur rue en relation avec les piétons, espace commercial et logements).

La cadence voulue

À la faveur d’une présentation publique tenue en mai 2017 à l’hôtel de ville de Sainte-Thérèse, le copropriétaire du Groupe Mathieu, Sylvain Mathieu, et le représentant de la firme DKA Architectes, Éric Desjardins, avaient dévoilé les grandes lignes d’un projet qui prévoyait la construction de deux bâtiments de trois et quatre étages, ce dernier accueillant au rez-de-chaussée des commerces et des bureaux. Une soixantaine de logements de trois pièces et demie pour la plupart occuperaient les étages supérieurs. Un stationnement souterrain était également projeté.

«Nous sommes réputés pour livrer à temps» , avait déclaré Sylvain Mathieu avant de lancer des travaux qui se sont déroulés à la cadence voulue, malgré des impondérables liés à la neige hâtive, la faible capacité portante du sol (problème corrigé) et la présence de contaminants (problème également corrigé), des imprévus qui ont forcé l’ajout de quelques journées de travail, nous informe Nicola Cardone.

Le moderne et l’ancien

On peut d’ores et déjà le constater, les matériaux privilégiés par le promoteur et la firme d’architectes demeurent la brique, la pierre, l’acier et la tôle, alors que les couleurs dominantes sont le brun et le gris. Comme prévu, la fenestration y est abondante et de bonne taille, alors que chaque unité de logement dispose d’un balcon en alcôve.

Il était par ailleurs acquis que l’ensemble devait créer un pont entre le passé historique de Sainte-Thérèse et le monde moderne, ce qui passerait, indiquait Éric Desjardins, par des gestes architecturaux raffinés et discrets (éléments en saillie, lucarnes réinterprétées, portions de toiture en pente, empreintes au sol). Sur le site Web du Groupe Mathieu, d’ailleurs, on vous propose d’emblée «une vie de village dans un contexte empreint de modernisme et de patrimoine historique» .

Quant aux commerces qui s’installeront au rez-de-chaussée, on penchait en faveur d’établissements de type restaurant ou café. «Nous ne pouvons confirmer de nom pour le moment, mais l’intérêt y est» , indique Nicola Cardone. Quant aux logements eux-mêmes, ils devraient accueillir leurs premiers occupants au cours du mois à venir.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top