- PUBLICITÉ -

Stéphanie est ici en compagnie de sa mère, Nathalie Asselin.

Daniel Marsolais et sa fille Stéphanie.

La Libellule: un répit apprécié

Stéphanie va bientôt célébrer ses 27 ans. Polyhandicapée, atteinte d'une déficience intellectuelle et présentant un trouble de langage, elle a besoin d'une supervision constante. Deux jours par semaine, elle retrouve ses amis au Centre de jour La Libellule, à Pointe-Calumet. Un lieu qui se veut stimulant pour elle et qui permet à ses parents de reprendre leur souffle.

«Stéphanie, c’est comme une enfant. Il faut tout faire pour elle. Elle est dépendante de nous», explique sa mère, Nathalie Asselin.

Depuis 27 ans, donc, son conjoint et elle conjuguent leur rôle de parent à celui d’aidant naturel, et ce, tout en poursuivant leurs obligations professionnelles respectives. Le quotidien, on le devine, n’est pas toujours évident.

Depuis cinq ans, Stéphanie fréquente l’organisme La Libellule à raison de deux jours par semaine et participe à l’occasion à des fins de semaine de répit spécialisé. La famille bénéficie également des services du CASIS, à Rosemère. «Stéphanie, ça lui permet de socialiser, de voir des amis», mentionne la mère de famille.

Le printemps dernier, à cause de la pandémie, tout a été mis sur pause. Une situation que Stéphanie a vécue difficilement et qui a mis en lumière le rôle important de ces organismes dans la vie de la jeune femme et de ses parents.

En effet, grâce à ce soutien, ceux-ci peuvent continuer à travailler. Ils peuvent aussi se reposer un peu. «Ça nous permet d’avoir un moment de répit et de nous ressourcer en tant que personne et comme couple», témoigne Nathalie Asselin, tout en ajoutant qu’il est rassurant, pour des parents, de savoir que des services spécialisés existent à proximité, dans la région.

La Libellule

lalibellule.org

450 472-4532

|

La Libellule

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top