- PUBLICITÉ -
Jayson Mtanos a bien d’autres chats à fouetter

Jayson Mtanos a bien d’autres chats à fouetter

Après l’incendie de deux de ses restaurants

Dépeint comme un surdoué par les médias nationaux à la suite de l’incendie,dans la nuit du 27 novembre, de ses restaurants Amir de Mirabel et Subway de Montréal, Jayson Mtanos affichait un bon moral, dans les circonstances, au lendemain des événements, lorsque nous l’avons rencontré à St-Canut.

Du hait deses 21 ans, Jayson est déjà reconnu comme un homme d’affaires prospère, lui qui a fait fortune, dès l’âge de 15 ans, en développant des sites Web. Il continue d’ailleurs de retirer des revenus de cette industrie.

Le jeune homme jouit également d’une excellente réputation dans le monde scientifique après avoir gravi un à un les échelons du concours Expo-Sciences, jusqu’à en devenir président, en 2015.

«Je ne suis pas surdoué! Je suis plutôt de nature tiumide. Sans mes enseignants au secondaire, je ne serais pas qui je suis aujourd’hui» , lance d’emblée, en souriant, Jayson Mtanos, qui se décrit plutôt comme un travailleur acharné qui ne compte pas ses heures.

«Je suis courageux! J’aime ce que je fais. J’aime trouver des solutions. Quand il y a un problème, je le règle! Mais je ne suis pas surdoué» , a-t-il répété, citant en exemple son idée d’aménager une cuisine centrale pour ses quatre restaurants Amir (il n’en a plus que deux) et son souhait d’y créer une zone pour enfants.

«J’arrivais avec des idées novatrices. L’idée de la cuisine centrale a fait en sorte que la nourriture servie était plus fraiche et que tous les plats goutaient la même chose d’un Amir à l’autre.»

Ses relations avec la bannière Amir se sont toutefois envenimées au cours de la dernière année, a indiqué Jayson Mtanos. Ce dernier travaille actuellement sur un nouveau projet pour son local de St-Canut, en partenariat avec la pizzeria voisine. Il avait d’ailleurs prévu y retirer l’enseigne Amir, le dimanche suivamnt l’incendie. Le sinistre esttoutefois venu retardé ses plans.

La science dans le sang

Outre ses qualités entrepreneuriales, Jayson Mtanos s’épanouit à travers la science, «depuis l’âge de 16-17 ans» , dit-il. Le moteur destiné à transformer les pertes de chaleur thermique en énergie électrique, qu’il a imaginé en marge du concours Expo-Sciences, au milieu des années 2010 alors qu’il fréquentait l’école St-Maxime de Laval, l’a mené jusqu’à Paris, entre autres.

«Le moteur existait déjà, mais n’avait jamais fonctionné. Finalement, j’ai été en mesure de le rendre intelligent en ajoutant une carte Arduino. C’est à partir de ce moment que j’ai commencé à attirer l’attention» .

Les années suivantes, il pousse sa découverte à un autre niveau en la rendant encore plus «nano-technologique» , dit-il, afin de l’intégrer aux véhicules routiers.

Au service de son petit frère

Jayson Mtanos planche par ailleurs depuis deux ans maintenant surun concept qui permettrait de bonifier l’ÉpiPen, cet auto-injecteur qu’utilise notamment son petit frère, âgé de 7 ans, allergique aux œufs.

«Les intervenants savent habituellement comment réagir, mais pas tous. Ce sur quoi nous travaillons, est une ÉpiPen plus compacte et plus intelligente» , de dire Jayson, précisant que selon son concept, dès qu’un jeune s’injecte, ses données sont immédiatement acheminées aux urgences de l’hôpital le plus près. «Avec six restaurants, j’avais dû mettre ce projet de côté, mais nous y retravaillons actuellement. C’est mon projet prioritaire!»

S’il parvient à ses fins, il sera dorénvant diffcile pour lui de dire qu’il n’est pas surdoué!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top