- PUBLICITÉ -
Impressionnée par l’implication des citoyens et les espaces verts

Impressionnée Par L’implication Des Citoyens Et Les Espaces Verts

Impressionnée par l’implication des citoyens et les espaces verts

Sophie Charbonneau

Sophie Charbonneau est directrice générale de la Maison des jeunes Sodarrid de Boisbriand depuis dix ans. Elle est bien placée pour exprimer que c’est une ville très dynamique grâce à l’implication des gens et elle adore profiter de ses espaces verts.

«J’apprécie la nature, les parcs et les gens sont très sympathiques et généreux. C’est un beau milieu. Si j’avais à choisir une ville pour déménager, Boisbriand ferait certainement partie de mes options. J’étais résidante dans une ville avoisinante et lorsqu’est venu le temps de déménager, mon conjoint voulait vraiment aller vers le nord. Moi, j’aurais aimé Boisbriand.»

Voilà les premières paroles exprimées par Sophie Charbonneau sur sa ville de travail. «Je suis famille d’accueil, ajoute-t-elle, d’une belle chienne reproductrice pour Mira. Je me fais un plaisir d’aller me promener avec ma chienne dans le parc Charbonneau situé à proximité de la Maison des jeunes. Les rues autour sont situées dans un voisinage tranquille. Alors, j’en profite!»

Il y a également un autre espace vert à Boisbriand qu’affectionne particulièrement la directrice générale. «Je vais également marcher au Centre d’interprétation de la nature (CIN). C’est vraiment un beau parc aménagé avec de magnifiques sentiers dans le bois sur le bord de la rivière. C’est de toute beauté.»

Implication des citoyens

Elle se dit également très impressionnée par l’implication des citoyens de Boisbriand, qui sont gestionnaires de la Maison des jeunes. Au sein du conseil d’administration, ce ne sont pas des gens élus par acclamation, car il y a des élections chaque année depuis cinq ans.

«Il y a plus de gens, explique la directrice générale, qui se présentent que de postes ouverts. Pour moi, c’est très positif. Ça signifie que les gens sont intéressés et que la Maison des jeunes est bien en vie. D’ailleurs, ça fait plus de 35 ans qu’elle existe.»

Sophie Charbonneau a également constaté que, contrairement à beaucoup d’autres villes, il y a peu d’organismes communautaires et que c’est plus facile de faire des partenariats entre les organismes existants.

«Le nom organisme communautaire s’applique bien dans cette ville, car dans le fond nous travaillons ensemble pour la communauté. C’est pour la jeunesse dans notre cas et il y a les familles qui s’impliquent pour nous aider. Ce qui se passe à Boisbriand, c’est toujours très dynamique.»

Sodarrid

La Maison des jeunes Sodarrid est dans le même édifice que l’Adobase. Il y a une nette distinction à faire entre les deux. Le premier organisme fait de l’intervention auprès des jeunes avec des rencontres individuelles ou de groupes afin de les aider à faire face à des situations problématiques qu’ils ont vécues. L’Adobase, c’est un lieu pour les activités de loisirs.

Le nom Sodarrid vient d’un concours lancé auprès des jeunes en 1983 alors que l’organisme était sur le point de voir le jour. Il s’agit d’un acronyme qui signifie: Structure et Organisme qui Divertit, Amuse, Renseigne, Regroupe, Informe et Délasse.

«Nous avons pensé changer le nom il y a quelques années, mais tous nos jeunes et plusieurs adultes devenus des parents connaissent ce nom. L’acronyme commence par soda et si on met ces quatre premières lettres à l’envers, cela donne ados tandis que notre numéro de téléphone, c’est 450 434-SODA (3104)» , de conclure Sophie Charbonneau.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top