- PUBLICITÉ -
Déjà un 6 marché horticole au collège Lionel-Groulx

Déjà Un 6 Marché Horticole Au Collège Lionel Groulx

Déjà Un 6 Marché Horticole Au Collège Lionel Groulx
Déjà Un 6 Marché Horticole Au Collège Lionel Groulx

Déjà un 6 marché horticole au collège Lionel-Groulx

Les 17 et 18 mai

La 6e édition du marché horticole des finissants en Technologie de la production horticole et de l’environnement (TPHE), du collège Lionel-Groulx, aura lieu les jeudi 17 et vendredi 18 mai, près du rondpoint de la rue St-Louis, à Sainte-Thérèse. À cette occasion, le public pourra se procurer une foule de plants horticoles cultivés par les étudiants dans les serres collégiales de Mirabel.

Piments forts, plantes médicinales, olfactives et carnivores, cactus, épices exotiques, arbustes tropicaux et produits du terroir fabriqués par des artisans locaux ne sont là que quelques exemples de ce qu’il sera possible de se procurer sur place.

«C’est un projet qui nous tient vraiment à cœur puisque nous considérons que c’est un projet inclusif. Tous les étudiants ont travaillé de concert pour offrir un événement à la fois à la communauté du collège, mais également à la population en général, qui est de plus en plus nombreuse à nous visiter année après année» , a mentionné Marie-Josée Ferron, enseignante au département d’agriculture et d’horticulture.

Bien que l’on prévoit regarnir les étalages au cours de l’événement, celle-ci suggère d’ailleurs fortement de se présenter dès l’ouverture, le 17 mai à 8 h, si l’on souhaite bénéficier de l’embarras du choix, car les plantes trouvent rapidement preneurs, surtout que les prix y sont très abordables.

Projet scolaire

Cette session, les étudiants au programme de THPE devaient, seuls ou en équipes, élaborer un projet de culture de leur choix. Une centaine de variétés de plantes ont ainsi été cultivées et ce sont donc ces créations qui seront mises en vente les 17 et 18 mai, lors du marché horticole. Les étudiants de Gestion et technologies d’entreprise agricole (GTEA) ont aussi contribué.

«L’idée du marché, de dire Mme Ferron, est d’ajouter un défi supplémentaire aux étudiants qui, en plus de produire les plantes, ont aussi à les vendre et à expliquer aux clients comment s’en occuper et comment assurer leur croissance.»

«Les productions que nous vous présenterons cette année sont hors du commun» , de renchérir Simon Duchesne, finissant en TPHE, citant en exemples, la sarriette, le gingembre, curcuma, paprika hongrois, piment d’Espelette, des cosmos au parfum de vanille et de chocolat, de même que des plantes communes que l’on retrouve généralement dans un jardin.

Marie-Pier Richer et Marie-Ève Desjardins, finissantes en GTEA, présenteront par ailleurs leurs productions de fraises, de mangues et de basilic, en plus de fournir des idées de recettes à concocter avec ces produits.

«Ce fut très intéressant de s’impliquer dans ce projet, a dit Marie-Ève, puisque cela nous a permis de mettre en pratique ce que nous avons appris au cours des deux dernières années, tel d’établir le coût en fonction de ce que cela nous a coûté à produire.»

Tandis qu’une partie des profits amassés grâce à la tenue de l’événement sera remise aux étudiants des programmes concernés afin qu’ils participent à des activités en lien avec leurs études, l’autre partie servira à assurer la pérennité du marché agricole.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top