- PUBLICITÉ -

Résultats de recherche pour: Petit théâtre du nord

Création, découverte et partenariats en tous genres

Si tout se passait toujours normalement, dans la vie, le Petit théâtre du Nord (PTDN) et la Ville de Boisbriand en seraient à faire le bilan d’une première production théâtrale, du passage entre deux saisons et de cette cohabitation souhaitée entre une compagnie de théâtre professionnelle et certains organismes culturels en quête d’un lieu pour s’exprimer.

Il est permis d’espérer

À pareille date, l’an dernier, le PTDN entrevoyait la saison 2020 avec une fébrilité renouvelée. On s’apprêtait à inaugurer la salle du Centre de création de Boisbriand, en présentant la nouvelle pièce de Simon Boulerice, auteur à succès, metteur en scène et comédien, formé de surcroît à l’École de théâtre professionnel de Lionel-Groulx.  Quand soudain le temps s’est arrêté.

De l’incompréhension… et un certain soulagement

Le milieu culturel était littéralement sous le choc, la semaine dernière, après l’annonce conjointe du gouvernement du Québec et de la direction de la Santé publique, à l’effet que le Grand Montréal se retrouvait désormais en zone rouge. Les salles de spectacles, les cinémas, les musées et les bibliothèques se voyaient directement touchées par des fermetures annoncées jusqu’au 28 octobre, dans le meilleur des scénarios.

Soubresaut théâtral avant la deuxième vague

Pendant qu’on supputait l’arrivée d’une deuxième vague de vous savez quoi, en brandissant des chiffres confirmant l’approche d’un nouveau seuil critique, le Petit Théâtre du Nord (PTDN) faisait la démonstration que son art est bien vivant et que sa pratique demeure possible malgré tout.

Coup de théâtre!

(NDLR : ce vendredi 19 juin, la troupe du Petit Théâtre du Nord devait présenter sa nouvelle production, un texte de Simon Boulerice intitulé Nous nous sommes tant aimés, dans une nouvelle salle qui devait être inaugurée en même temps, à Boisbriand. Ce sera partie remise. Voici le message que les fondateurs du PTDN souhaitent adresser au public qui les suit depuis 23 ans.)

- PUBLICITÉ -

La déception, l’incertitude et toujours l’envie de créer

La patience est mère de toutes les vertus, dit-on dans la langue des poètes, des philosophes et des dramaturges, et les artisans du Petit Théâtre du Nord (PTDN), qui devaient inaugurer très bientôt (le 19 juin) un nouveau lieu de création et de diffusion, à Boisbriand, devront une fois de plus contenir leur enthousiasme : ce sera tout au mieux à l’automne. Sinon à l’été 2021. Ou dès qu’un vaccin sera disponible.

Le Petit Théâtre du Nord doit reporter sa saison

Les principaux diffuseurs de spectacles de la région jonglent du mieux qu’ils peuvent avec les aléas de la crise actuelle et doivent ajuster ponctuellement leur programmation, au fur et à mesure des recommandations émises par la Santé publique et des décisions prises par les autorités gouvernementales.

La vérité se cache entre les murs

Avant d’entrer dans la salle, on ne sait à peu près rien de la nouvelle production du Petit Théâtre du Nord (PTDN), sinon qu’un coup de feu sera tiré. La mise en garde apparaît d’ailleurs sur un panneau placé en évidence: nous voilà prévenus. Personne ne fera le saut, sauf les quelques distraits qui cherchaient un visage connu, sinon une occasion de couper la file ou qui encore, le nez plongé dans le programme de la soirée, traquaient l’embryon d’une piste de lecture. Peine perdue.

Une autre année record pour le PTDN

Alors que le monde du spectacle doit en général composer avec un taux de fréquentation résolument à la baisse, le Petit Théâtre du Nord (PTDN) continue de fracasser des records, lui qui a accueilli pas moins de 3 610 spectateurs, lors de la dernière saison estivale, avec une moyenne de 96 % de sièges occupés pour chacune des représentations de Quelque chose comme une grande famille, comédie de François Archambault présentée au Centre communautaire de Blainville.

- PUBLICITÉ -