- PUBLICITÉ -

Résultats de recherche pour: peintre

Hélène Lachapelle et la «loussitude»

Ce sont de grands tableaux atmosphériques, aux couleurs éminemment contrastées (tons chauds, tons froids), lieux d’une conversation entre l’artiste et sa toile, lorsqu’elle cherche, dira-t-elle, à «taire sa tête pour laisser passer l’essence». Une sorte de lâcher prise auquel elle donne le nom charmant de «loussitude».

Une image et ses mille mots

L’une ne va pas sans l’autre, mais la peinture de Claude Bolduc a tout de même une petite longueur d’avance sur la poésie de Paul Laurendeau, au sens où, telle une pensée bien conçue, elle précède l’énoncé dans ce livre d’art qu’ils viennent tout juste de publier. Deux artistes. Deux formes d’expression. Une rencontre. Onirique.

Arts visuels : Charlem et le chemin de l’unification

L’univers étant issu de la réunion, dans l’espace et le temps, d’éléments interreliés et interdépendants, tous régis par des lois, ce n’est pas innocemment qu’on emploie ce terme pour désigner une œuvre artistique. En peinture, on dira par exemple «l’univers pictural», comme celui de Charlem Lepeintre, que nous visitons une fois l’an depuis des lustres.

Un Charlem… fait le printemps!

C’est la destination printanière de Charlem qui y fait son nid une fois l’an, la Maison Hamilton accueille l’artiste peintre et sculpteur qui y occupe chacune des pièces, au rez-de-chaussé comme à l’étage, jusqu’à dimanche prochain. Ne vous donnez pas la peine de les compter, il y en a bien 90 de ces tableaux aux […]

Un Charlem… fait le printemps!

C’est la destination printanière de Charlem qui y fait son nid une fois l’an, la Maison Hamilton accueille l’artiste peintre et sculpteur qui y occupe chacune des pièces, au rez-de-chaussé comme à l’étage, jusqu’à dimanche prochain. Ne vous donnez pas la peine de les compter, il y en a bien 90 de ces tableaux aux […]

- PUBLICITÉ -

Conversation autour d’un Grand calosome

Il ne se voit sans doute pas comme tel, mais Martin Kersmaekers (prononcez monsieur Martin) a tout de l’original. L’allure, le verbe coloré et une passion assumée pour les insectes qu’il vénère au point de les fixer sur la toile, d’en faire l’unique sujet d’une production picturale principalement destinée à délier les langues et attiser la curiosité.

Dans les forges de Charlem: l’elfe et le Minotaure

On avait pris l’habitude, en se rendant aux expositions de Charlem Lepeintre, de se préparer à un voyage en quelque contrée parallèle, vers des mondes éthérés chargés de philosophie, des planètes lumineuses où flottent des ombres porteuses de spiritualité. Sur quel astéroïde l’artiste ferait-il donc atterrir ce Bestiaire fantastique qui nous le présente cette fois […]

- PUBLICITÉ -