- PUBLICITÉ -

Résultats de recherche pour: Mirabel (circonscription fédérale)

Julie Tremblay-C. fait le saut en politique fédérale

Julie Tremblay-C., que l’on a pu connaître lors des élections municipales de 2017, alors qu’elle s’était présentée à la mairie d’Oka, a officiellement été désignée, le 20 juin, comme candidate du Parti Vert dans la circonscription de Mirabel, en vue des élections fédérales d’octobre prochain. Femme d’affaires active, bénévole et maman, la candidate âgée de […]

Un plan environnemental qui réjouit les candidats conservateurs d’ici

Le Parti conservateur du Canada (PCC) a dorénavant une plateforme environnementale, qu’a présentée à la mi-juin son chef Andrew Scheer, et celle-ci fait le bonheur des trois candidats en lice dans les Basses-Laurentides, qui lors d’un point de presse pour un ou par l’entremise de communiqués de presse pour les deux autres, ont tenu à le souligner trois fois plutôt qu’une au cours de la même semaine.

Mirabel: une annonce qui a suscité plusieurs réactions dans la région

L’annonce, au début de la semaine dernière, de la reprise du processus de vente des dernières 748 acres expropriées en 1969 a suscité bon nombre de réactions à commencer, le jour même, par le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, chargé de ce dossier, le maire de Mirabel, Jean Bouchard, et Aéroports de Montréal (ADM), qui gère les 6 000 acres du parc aéronautique et industriel de Mirabel qui resteront sous juridiction fédérale.

Expropriation à Mirabel: Québec demande des excuses, mais Ottawa refuse

Une semaine après la commémoration des 50 ans de l’expropriation à Mirabel, les députés de l’Assemblée nationale ont adopté à l’unanimité une motion demandant, au nom des quelque 10 000 personnes ayant été expropriées de leurs terres, il y a 50 ans, à Mirabel, «des excuses officielles et formelles du gouvernement du Canada et un engagement ferme qu'une erreur historique d'une telle ampleur ne sera plus jamais commise».

Le député Simon Marcil réintègre le Bloc Québécois

Le départ de Martine Ouellet comme chef du Bloc québécois (BQ) maintenant confirmé à la suite du référendum mené sur son leadership, le député fédéral de Mirabel, Simon Marcil, a décidé, mercredi dernier, de réintégrer la formation bloquiste qu’il avait quittée, comme six autres députés, au mois de février dernier.

- PUBLICITÉ -

Le député Simon Marcil quitte le caucus du Bloc québécois

Comme six de ses collègues, le député fédéral de Mirabel, Simon Marcil, a annoncé mercredi dernier, en avant-midi, qu’il quitte le caucus du Bloc québécois en raison l’attitude «intransigeante» de la chef Martine Ouellet, et de sa vision de la défense de la souveraineté. M. Marcil siègera donc dorénavant à titre de député indépendant.

- PUBLICITÉ -