- PUBLICITÉ -
Des hommes, des épinettes, et de l’entraide

(Photo Michel Chartrand)

Des hommes, des épinettes, et de l’entraide

Des résidants prennent les moyens

Sur la rue des Sports, à Mirabel, il n’y a pas que des maisons familiales. Il y a des hommes, des femmes, des enfants et, tapie dans chaque maisonnée, l’entraide. Une solidarité qui rassemble sans rétribution aucune et qui, parfois, ouvre la voie à l’amitié.

Prenons l’exemple de Ricardo Arruda. Ce père de famille sympathique jonglait avec un problème de taille: l’absence de sapins derrière chez lui afin d’atténuer le bruit et le vent que l’autoroute 15 occasionne en tout temps. Étonnamment, tous ses autres voisins possèdent cette haie de sapinières antibruit, sauf lui. Un malencontreux oubli, admet la Ville.
«Il vente beaucoup et ce n’est pas agréable d’être dehors, surtout lors des changements de saison. Et le vent d’hiver est particulièrement fort», confie Ricardo Arruda.

Il fait alors une demande à la Ville de Mirabel, mais pas n’importe laquelle. Il serait prêt, lui et ses autres voisins, à prendre en charge la plantation des sapins. Une demande que Jean Bolduc, responsable des travaux publics de la Ville cautionne, moyennant bien sûr quelques consignes pour la plantation. Quelques mois plus tard, une quarantaine d’épinettes blanches font leur apparition sur la rue des Sports. Tel que promis, elles sont livrées en parfaite condition. Dorénavant, c’est aux voisins, aux amis et à des membres de la famille de prendre en charge le tout. Retroussant leurs manches pour se mettre à la tâche, quelque part vers la mi-septembre, la rue grouille d’activités.
«Un de mes voisins, Stéphane Thibodeau, possédait la machinerie pour creuser. Nous nous sommes organisés de façon à ce que le travail se fasse à la chaîne», explique M. Arruda.

Des 40 épinettes plantées, une dizaine trôneront derrière le terrain de Ricardo, les autres seront éparpillées près des autres résidences.
«Dans une dizaine d’années, les épinettes devraient avoir une dizaine de pieds de diamètre. Elles formeront un rideau très compact et rempliront leur rôle de bouclier antibruit», dit-il.

La plantation aura pris une journée, soit de 8 h à 16 h. Les comparses ont rapidement appris à se connaître et des liens d’amitié se sont développés durant la journée. Tout le monde s’est mis à la tâche et personne n’a rechigné devant le boulot. Entrecoupée de repas à la pizza, la journée permet à Ricardo Arruda, Yannick Boutet, Stéphane Thibodeau, Dave O’Connor, Suzanne Brien ainsi que certains membres des familles immédiates et des amis de remplir un rôle de citoyen que peu feraient gratuitement.

Aujourd’hui, une quarantaine d’épinettes blanches se dressent fièrement sur la butte, témoins d’un travail bénévole, mais aussi amical.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE

Concours restos de l'été
- PUBLICITÉ -
Top