- PUBLICITÉ -
Un plan d’action à la CSSMI

Le trouble déficitaire de l’attention est un trouble héréditaire (50 % à 80 % des cas) causé par des anomalies de certains neurotransmetteurs du cerveau.

Un plan d’action à la CSSMI

Trouble du déficit de l’attention/hyperactivité

Dans le cadre du premier colloque régional qui s’est tenu le 10 novembre dernier, à l’initiative du comité Focus TDA/H (trouble du déficit de l’attention/hyperactivité), un regroupement formé d’intervenants et de professionnels des Laurentides, la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI) a présenté un plan d’action qui permettra à tous les intervenants de mettre en place différentes stratégies pour aider les élèves aux prises avec des troubles de l’attention.

Présenté devant plusieurs participants, le plan d’action comporte quelques pages explicatives, mais également une démarche pour soutenir l’élève TDA/H.

Quelques références

Pour quiconque se pose des questions au sujet du trouble déficitaire de l’attention, sachez avant tout qu’il s’agit d’un trouble héréditaire (50 % à 80 % des cas) causé par des anomalies de certains neurotransmetteurs du cerveau.

Plus concrètement, du point de vue comportemental, entre autres, l’enfant TDA/H peut présenter une ou plusieurs caractéristiques du déficit cognitif:
– difficulté d’organisation et de planification: intègre mal les routines, envahit l’espace des autres, oublie d’utiliser les stratégies qu’il connaît, etc.;
– difficulté de maintien de l’attention: se laisse facilement distraire, distingue mal l’essentiel des détails secondaires, semble dans la lune, etc.;
– mémoire de travail inconstante: sensible à l’interférence, oublie ce qu’il vient de lire, d’entendre, a de la difficulté à comprendre un texte lu, etc.;
– difficulté à contenir son agitation et son impulsivité: s’agite, bouge constamment, parle beaucoup, interrompt, passe des commentaires inappropriés, gère mal sa frustration, etc.;
– difficulté à maintenir un effort: prend du temps à s’installer, remet à plus tard et effectue le travail à la dernière minute, semble démotivé, etc.;
– sont aussi observées: difficultés de motricité fine, faible estime de soi, difficultés d’apprentissage, anxiété, etc.

Attention

L’attention est décrite comme un mécanisme cognitif qui assure le traitement et la gestion de l’information. Toutefois, il faut savoir que les capacités d’attention s’accroissent aussi avec l’âge et les difficultés qui en découlent ne sont pas toujours liées au TDA/H. Ainsi, le processus dit automatique (tâche qui devient spontanée à force d’être répétitive) se développe très tôt et requiert peu d’effort mental. Quant aux opérations qui demandent un effort de concentration (par exemple, résoudre un problème ou écrire un texte), ils s’aiguisent plus tard, soit entre 5 et 8 ans.

Soutenir l’élève TDA/H

Une démarche pour soutenir l’élève TDA/H est proposée aux intervenants responsables. En premier lieu, on propose de choisir trois objectifs prioritaires, atteignables et mesurables. En second lieu, on trouve des moyens appropriés aux objectifs prioritaires ciblés et finalement chaque intervenant impliqué (enseignant ou parent) prend la responsabilité d’un moyen pour le mener à bon port.

Soulignons que le plan d’action a été conçu par Inés Escriva et Dominique Tremblay, conseillères pédagogiques à la CSSMI.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE

Concours restos de l'été
- PUBLICITÉ -
Top