- PUBLICITÉ -
Une expédition qui tourne au cauchemar

Ce jour-là, les vents sont extrêmement violents et la mer est déchaînée. Même si plusieurs randonnées en mer sont annulées, le départ pour l’île Tulum se fait tout de même grâce au consentement du capitaine de ce catamaran.

Une expédition qui tourne au cauchemar

Le couple blainvillois s’offrait un voyage de rêve

La peau encore bronzée par le soleil du Mexique, 15 jours après leur retour de Riviera Maya, Soraya Alem et André Paquin, deux Blainvillois de 28 et 39 ans, ont vécu des heures cauchemardesques, le 8 mars dernier, alors qu’ils se trouvaient à bord d’un catamaran en direction d’une île paradisiaque.

Ce voyage d’agrément qui se voulait le premier depuis leur rencontre, il y a un an, a pris des allures de film d’horreur quand ces derniers, ainsi que six autres touristes, se sont retrouvés au beau milieu de l’océan à lutter pour leur vie. Encerclés par des vagues gigantesques, obsédés à l’idée de rencontrer des requins, ils ont survécu après avoir été littéralement abandonnés en mer pendant une heure et demie…

Vents violents

Tout commence par l’achat d’une expédition en catamaran vantant la beauté de la plage Tulum. Cette excursion, assortie d’une visite des ruines sur l’île et d’une sortie de plongée en apnée, plaît d’emblée au jeune couple ainsi qu’à une soixantaine de touristes, puisque personne n’hésite à dépenser les 115 $ que coûte le périple. Ce jour-là (et les précédents), les vents sont extrêmement violents et la mer est déchaînée. Même si plusieurs randonnées en mer sont annulées, le départ pour l’île Tulum se fait tout de même, grâce au consentement du capitaine.
«Quand nous sommes montés à bord du catamaran, les vagues étaient énormes et le bateau tanguait énormément. Nous voulions nous allonger sur les filets du bateau, mais les vagues venaient nous frapper sans relâche, relate Soraya. Quelque temps plus tard, on a constaté que le catamaran s’était arrêté. L’équipage est venu nous avertir que l’un des moteurs du catamaran venait de se briser.»

Plutôt que de rentrer à la marina, le capitaine du bateau décide que l’expédition aura lieu coûte que coûte. Il avertit donc ses passagers de la venue d’une chaloupe qui les ramènera sur l’île. Cependant, en raison de la mer agitée, la plongée en apnée est supprimée.

Un premier bateau se présente et prend à son bord tous les gens souffrants. «Il y avait des gens qui vomissaient, car le catamaran bougeait tellement que les estomacs se sont soulevés à plusieurs reprises», continue Soraya.

Enfants, personnes âgées, et gens mal en point sont donc les premiers à être rapatriés dans les deux embarcations.

Attente
Étonnamment, le capitaine décide d’escorter les passagers sur l’île, laissant quelque 25 passagers, dont deux enfants âgés de 9 et 11 ans, sous la protection des deux membres de l’équipage qui n’hésitent pas à se désaltérer à grands coups de tequila. Or, les autres passagers sont conscients qu’une attente de 45 minutes s’avère nécessaire avant le retour des embarcations. La colère d’une passagère à l’égard des deux membres de l’équipage qui s’enivrent au vu et au su de tout le monde incite Soraya à s’éloigner.
«Je me suis dirigée vers le débarcadère du catamaran, en attendant le retour de la chaloupe. J’avais très hâte qu’elle arrive.»

Le visage de Soraya s’éclaire enfin quand elle voit arriver le bateau. Une famille de quatre personnes avec leurs deux enfants, une femme et son jeune adolescent de 16 ans ainsi que Soraya sont invités à monter à bord de l’embarcation. A priori, André Paquette ne sera pas de ce premier voyage. Toutefois, il parvient à se faufiler pour rejoindre son amie et prend place à ses côtés.

Ils ne savent pas encore ce que l’océan leur réserve…

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top