- PUBLICITÉ -
Place Rosemère, COVID-19, pandémie, commerce de détail,

Les commerçants de Place Rosemère misent sur le temps des Fêtes pour se remettre à flot. (Photo Claude Desjardins)

Un moment crucial pour le commerce de détail

Le temps des Fêtes et la Place Rosemère

Comme la très grande majorité des entreprises du Québec, Place Rosemère et ses quelque 200 commerçants naviguent tant bien que mal sur les eaux tumultueuses de la pandémie actuelle. Lorsque décembre arrive, le centre commercial s’anime d’une ambiance festive qui aura une saveur toute autre, cette année.

«Règle générale, la période des Fêtes est un moment crucial pour le commerce de détail. Cette année, tout particulièrement, [ce moment] sera décisif pour quelques-uns», exprime Isabelle Lamarche, directrice du marketing de Place Rosemère, en indiquant qu’un certain nombre de commerces ont dû se placer sous la protection des créanciers depuis le début de la pandémie et que la plupart d’entre eux font tous les efforts qu’ils peuvent pour se maintenir à flot. «Voilà pourquoi l’achat local, et non pas virtuel, est de toute évidence un enjeu important», d’ajouter Mme Lamarche.

Le père Noël… autrement

Les habitués de Place Rosemère auront déjà noté que ce temps des Fêtes 2020 se déroulera sans l’animation habituelle qui s’articulait normalement autour du Père Noël, lequel avait confirmé sa présence avant que la Santé publique statue que tous les rassemblements non essentiels devraient être annulés. En lieu et place, les enfants pourront s’offrir une rencontre virtuelle personnalisée avec lui. Vous trouverez tous les détails et la façon d’y inscrire votre enfant sur le site Web du centre commercial.

Dans le même ordre d’idées, il n’y aura pas de salon agroalimentaire, cette année. Les producteurs de la région avaient pris l’habitude d’y installer leur stand pour faire découvrir leurs produits à une large clientèle. On nous indique toutefois que l’Érablière et verger Varin, une entreprise située à Oka, y tiendra un kiosque, du 3 au 24 décembre.

Mesures sanitaires

Évidemment, le principal enjeu demeure toujours celui de la sécurité et l’on assure que toutes les mesures sanitaires prescrites par la Santé publique sont appliquées, les anciennes comme les nouvelles : port du masque obligatoire, distanciation sociale, installation de postes de désinfection des mains aux endroits stratégiques, installation de plexis aux endroits névralgiques, nourriture disponible chez les restaurateurs en commande pour emporter, notamment.

«D’autres mesures ont été mises en place depuis, comme un système de brumisation pour la désinfection des zones communes, un service de cueillette à l’auto, l’aménagement au sol pour le positionnement de la clientèle dans les files d’attente et une sécurité accrue en partenariat avec la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville», ajoute Mme Lamarche.

Jusqu’au 24 décembre

Enfin, conséquemment au «contrat moral» proposé à la population par le gouvernement Legault, et bien qu’on ait constaté une légère augmentation de l’achalandage depuis le début du mois de novembre, il sera difficile de prévoir quel sera le comportement des consommateurs, sept jours avant Noël.

«Si on en juge par les années passées, un grand pourcentage de notre clientèle effectue ses achats à la dernière minute.  Il va de soi que le centre commercial sera ouvert jusqu’au 24 décembre pour desservir les consommateurs qui nous visiteront» assure Mme Lamarche.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top