- PUBLICITÉ -
Toutes les PME sur le Web et ça presse!

L’expert en technologie Web

Toutes les PME sur le Web et ça presse!

Une PME québécoise sur deux n’a pas encore de page sur Internet ce qui fait dire à l’expert Web François Charron que «le patient est plus malade que l’on croyait». Pour une deuxième année, il poursuit donc sa tournée Opération: Branchons les PME du Québec.

À l’invitation du Centre local de développement (CLD) de la MRC de Deux-Montagnes et en collaboration avec la Chambre de commerce et d’industrie de Saint-Eustache, Deux-Montagnes et Sainte-Marthe-sur-le-Lac et le Carrefour des services aux entreprises (CSE) de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles, le chroniqueur était de passage à Saint-Eustache, le jeudi 28 novembre dernier, pour livrer une conférence destinée aux entrepreneurs de la région, convaincu que tous doivent se brancher rapidement au Web afin d’éviter de perdre une clientèle qui achète de plus en plus en ligne, auprès des commerçants s’y démarquant par leur visibilité. Selon les chiffres du CÉFRIO, un organisme de recherche, à peine 50 % d’entre eux s’affichent sur Internet.

«Je suis l’allumeur de feu pour dire: il y a un problème», a-t-il expliqué quelques heures avant de monter sur la scène du Centre d’art La petite église.

- Publicité -

Lorsqu’il a démarré sa tournée du Québec, en janvier 2012, François Charron avait noirci son agenda pour deux semaines seulement. Mais il s’est rapidement rendu compte que peu d’entreprises avaient un site Web, ou encore, que celui-ci était mal conçu. «Une chose m’a sauté au visage: c’est le modèle économique québécois, qui est formé par les belles-sœurs et les beaux-frères. Il y a des phénomènes que l’on n’avait pas vu venir avec Internet», a-t-il signalé.

Ces phénomènes, ce sont l’achat et les réservations en ligne, désormais incontournables, mais aussi les commerces qui ne transigent qu’électroniquement, sans pignon sur rue.

Le chroniqueur affirme que pas moins de 7 milliards de dollars sont dépensés dans le commerce électronique au Québec. «Les champions du magasinage, ce ne sont pas les jeunes, mais les 45 à 54 ans. Et ce 7 M$ dépensé, il s’en va où? C’est une piastre sur quatre qui reste au Québec», a-t-il souligné.

Il lance un cri d’alarme: «L’ennemi, ce n’est pas le commerçant de l’autre côté de la rue, mais celui habillé en brun et qui chauffe UPS. En période de Noël, en 2012, UPS a embauché 50 000 employés surnuméraires et Amazone a affiché 70 000 emplois temporaires (aux États-Unis et au Canada). Il y a un glissement. Le monde a changé.»

Les entrepreneurs qui se connectent au Web n’adoptent pas toujours la meilleure approche, selon lui, qui estime que de se tourner vers les réseaux sociaux rapporte peu. «Seulement 1 % du trafic sur un site d’achat provient des pages Facebook. Ce n’est pas l’outil de marketing que l’on a cru qu’il serait», de révéler François Charron.

C’est pourquoi il convie les entrepreneurs à assister à l’une de ses conférences, qui sont gratuites. «Il faut aller en mode solution: il faut les outiller, leur parler de formation», croit-il.

Mais son travail en est aussi un de collaboration avec les ressources locales: les chambres de commerce, les CLD, les commissions scolaires. Il compte sur ces organisations pour offrir aux entrepreneurs des formations qui leur permettront éventuellement de maximiser leur marketing Web.

Le Centre de formation professionnelle L’Émergence, à Deux-Montagnes, offrira d’ailleurs deux cours d’une durée de neuf heures chacun après les Fêtes: Création d’un site Web, les 14, 21 et 28 janvier, et Création de votre boutique en ligne, les 4, 11 et 18 février. Pour s’y inscrire, il faut téléphoner au 450-623-3079, poste 5912.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top