- PUBLICITÉ -

Stéphan Doe, fondateur de l'entreprise Super Super.

Un tartare de viande rouge apprêté avec la préparation d'inspiration asiatique de Super Super.

Super Super: la recette du succès

À peine deux ans se sont écoulés depuis l'ouverture de Super Super et, déjà, ses solutions culinaires sont présentes dans plus de 200 points de vente au Québec. Son secret? Des préparations qui permettent d'assaisonner et de créer des tartares maison dignes des plus fins palais. Et ce n'est qu'un début...

Stéphan Doe a travaillé pendant 17 ans en photo vidéo pour le quotidien La Presse avant de se décider à se lancer en affaires. Au coeur de son projet d’entreprise: sa passion pour la gastronomie.

«Je fais des solutions culinaires et la préparation pour tartare, c’est le premier produit que j’ai décidé de faire. J’essaie de donner aux gens des outils pour qu’ils cuisinent», explique M. Doe, qui développé ses premières recettes avec le chef Jean-Simon Petit.

C’est à Sainte-Thérèse que s’exécutent le propriétaire et sa conjointe, Brigitte Raymond Lebleu. Il y a beaucoup à faire, d’autant que l’entreprise vient tout juste de lancer trois nouveaux produits, soit deux raiforts (maison et à l’érable) et de la fumée liquide, lesquels s’ajoutent aux préparations pour tartare déjà sur les tablettes.

«À date, ça va vraiment bien», se réjouit Stéphan Doe.

Et la pandémie dans tout ça? «Avant, je faisais des dégustations dans les épiceries chaque semaine et ça marchait bien. Les gens pouvaient goûter aux produits. En deux jours de dégustation, je pouvais vendre 80 pots. Du jour au lendemain, il a fallu arrêter ça. Pendant deux semaines, je n’avais plus de commandes, plus rien», se souvient-il.

Une situation qui, au final, l’a rendu plus créatif. Dans tout l’engouement entourant l’achat local, il a su s’attirer une belle visibilité, son entreprise ayant fait parler d’elle dans différentes séries, notamment dans le premier «unboxing» sur La Boîte Bleue présenté par Daniel Grenier. Il a aussi commandité des podcasts d’humoristes et s’est doté d’un site transactionnel, le [supersuper.biz].

«Tout ça ne m’a pas nui, au contraire», dit-il, tout en ajoutant que, dans le contexte actuel, les gens mangent un peu plus à la maison. «Le tartare, par exemple, c’est quelque chose que les gens cuisinent de plus en plus.»

À terme, Stéphan Doe aimerait réaliser des films sur la gastronomie, un projet qui lui permettrait d’allier son entreprise et son amour de la bonne bouffe à ses talents de vidéaste et à son intérêt pour le marketing de contenu.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top