- PUBLICITÉ -

La construction de maisons des aînés, comme celle illustrée ici, figure parmi les projets à réaliser rapidement dans les Basses-Laurentides.

Relance de l’économie: Neuf projets sont identifiés dans les Basses-Laurentides

Neuf projets d’infrastructure figurent parmi la très longue liste des quelque 200 que le gouvernement du Québec souhaite réaliser rapidement dans les Basses-Laurentides afin de relancer rapidement l’économie québécoise dans l’actuel contexte de la COVID-19. Pour ce faire, ces projets, dont certains ont déjà fait l’objet d’annonces, bénéficieront de conditions pour en accélérer la réalisation.

Un projet de loi en ce sens a été déposé, le mercredi 3 juin dernier, par le ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor, Christian Dubé, et le ministre des Finances, Éric Girard, également député de Groulx. Les deux élus souhaitent que ce projet de loi soit adopté d’ici ce vendredi 12 juin, fin des travaux parlementaires à l’Assemblée nationale.

Au total, ce sont très exactement 202 projets qui ont été identifiés à travers le Québec, à savoir 39 dans le domaine de l’éducation, 90 dans le domaine de la santé, y compris la construction de 48 maisons des aînés, 34 au niveau du transport routier, 16 au niveau du transport collectif et 23 autres qui doivent favoriser la relance économique, comme le réseau ferroviaire de la Gaspésie et la ligne Appalaches-Maine d’Hydro-Québec.

Les projets retenus

Dans la région immédiate, les projets retenus sont la construction de maisons des aînés à Mirabel, Blainville et Sainte-Anne-des-Plaines, de même que la construction d’une nouvelle école secondaire à Mirabel, dans le secteur de Saint-Canut, et la construction d’une nouvelle urgence et d’une nouvelle unité de soins pour l’Hôpital de Saint-Eustache.

Aussi, le gouvernement du Québec entend accélérer la réalisation de deux projets longtemps réclamés par les élus et les gens d’affaires des Basses-Laurentides, à savoir l’aménagement d’une voie réservée pour autobus et covoiturage sur l’autoroute 15 nord, entre les autoroutes 640 et 50, de même que le parachèvement de l’autoroute 19 entre les boulevards Saint-Martin est, à Laval, et Industriel, à Bois-des-Filion.

La volonté du gouvernement Legault d’accélérer ces deux derniers projets a d’ailleurs été saluée par le Regroupement de 21 villes de Laval et de la couronne nord. «Je rappelle que les coûts de la congestion vont atteindre 1,5 G$ en 2021 et que 50 millions d’heures par année seront perdues dans les transports. L’accélération des projets dans nos régions est donc vivement appréciée!», a, pour un, mentionné Richard Perreault, maire de Blainville et préfet de la MRC de Thérèse-De Blainville.

«Nous avons entérinée en avril 2018 [lors du Forum sur la mobilité et le transport collectif) une déclaration commune qui témoigne de notre volonté d’assurer une meilleure mobilité de nos citoyens sur l’ensemble de notre territoire. Il est grandement satisfaisant de constater que le gouvernement du Québec est à l’écoute mais surtout, qu’il est prêt à passer à l’action avec nous», d’ajouter, de son côté, Denis Martin, maire de Deux-Montagnes et préfet de la MRC de Deux-Montagnes.

Enfin, la réfection de la chaussée de l’autoroute 15, entre Laval et Boisbriand, tout comme l’amélioration du pont Gédéon-Ouimet, toujours sur l’autoroute 15, entre Laval et Boisbriand, complètent la liste des projets qui figurent dans le projet de loi numéro 61.

Stimuler l’économie

«Notre projet de loi est bon pour le Québec. Quand l’activité économique est bonne, ça crée de la richesse et ça permet de soutenir les programmes sociaux et d’épauler les personnes ainsi que les entreprises. En plus de relancer l’économie, ces mesures permettront à la population de bénéficier d’infrastructures modernes et sécuritaires, sans compromis sur la qualité, et ce, plus rapidement», a fait savoir, en conférence de presse, la semaine dernière, le ministre Christian Dubé.

«L’annonce d’aujourd’hui vise à faciliter la relance de l’économie québécoise dans le respect des principes de rigueur, protection de l’environnement, intégrité. La crise de santé publique que nous vivons, la pandémie, a engendré une interruption de l’économie mondiale importante. Nous vivons la pire récession de l’économie mondiale depuis la Deuxième Guerre mondiale. Nous estimons que le PIB mondial sera en baisse de 4 % cette année. Et donc le gouvernement du Québec doit stimuler l’économie, doit se substituer à la demande privée, doit aider à la relance. C’est notre rôle», a fait valoir, de son côté, le ministre Éric Girard lors de cette même conférence de presse.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top