- PUBLICITÉ -
Quand le succès rencontre une Québécoise inspirée

(Photo Pierre Latour) Stéphanie Castagnier: «J’essaie toujours d’être deux pas en avance, quand les opportunités se présentent, je suis sûre d’être prête à sauter.»

Quand le succès rencontre une Québécoise inspirée

Stéphanie Castagnier

L’aile jeunesse de la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville, dans le cadre de ses matins formation, a reçu Stéphanie Castagnier pour une conférence au Club de Golf Le Fontainebleau.

Femme d’affaires d’origine montréalaise, elle est devenue, à 34 ans, une entrepreneure américaine prospère et passionnée du milieu de la finance. Son succès l’a dernièrement mené jusqu’aux portes de Donald Trump, lorsqu’elle a été choisie pour l’émission The Apprentice.

La salle pleine était à l’écoute de l’histoire particulière de la jeune femme. Stéphanie Castagnier a débuté sa conférence en brossant une enfance difficile avec un père vendeur de drogue devenu sidatique et qui a contaminé sa mère.

- Publicité -

Ses parents, décédés subitement, l’ont laissé à 16 ans, un peu déprimée, mais avec plein de rêves dont elle parlait à tout le monde. «Je me disais, je vais devenir une femme d’affaires et je vais être riche, partage-t-elle. Un jour, je me suis dit, ça serait amusant de travailler pour Donald Trump», ajoute-t-elle.

Stéphanie Castagnier a grandi avec l’idée de vouloir réussir «Je voulais relever les défis que je m’étais lancés. Ce n’est pas l’argent qui m’a motivée. C’est le succès qui m’inspire» souligne-t-elle. Terminant des études en marketing affaires internationales, elle s’est retrouvée à Chicago et est devenue la seule femme courtière à l’époque. C’est en saisissant les opportunités et en étant fonceuse qu’elle a fait son chemin. «J’essaie toujours d’être deux pas en avance. Quand les opportunités se présentent, je suis sûre d’être prête à sauter», dit-elle.

Cette attitude lui a valu d’être reconnue dans l’univers des prêts, avec sa compagnie, Commercial Real Estate Banker, alors que ses services sont utilisés par le gouvernement américain.

Elle avait toujours en tête l’idée de travailler pour Donald Trump lorsqu’est arrivée l’émission The Apprentice. C’est donc en avril dernier qu’elle s’est rendue à New York, où elle a dormi sur le trottoir pour être certaine de passer les auditions. «J’ai dit que j’étais pour le faire et je l’ai fait», déclare-t-elle en riant.

Cette expérience lui a ouvert davantage de portes, notamment une participation à un film sur l’économie. Stéphanie Castagnier est toujours passionnée, avec des idées claires sur plusieurs sujets, que ce soit l’éducation de nos enfants à la consommation, la façon de gérer son crédit ou son image et l’importance de savoir exactement ce qui se passe avec ses comptes. «On le fait souvent pour le travail, mais pas dans sa vie personnelle. C’est important d’être au courant de ses finances», dit-elle. Aujourd’hui, Stéphanie Castagnier a l’intention de continuer à bâtir son empire et s’intéresse davantage aux femmes dans l’économie.

En entrevue, l’entrepreneure mentionne qu’elle adore inspirer les jeunes entrepreneurs. «Je ne donne des conférences qu’au Québec parce que je viens d’ici et que je connais bien la mentalité québécoise. On a beaucoup d’idées ici et je trouve ça inspirant», précise-t-elle.

«On a une valeur à montrer, mais on a peur de l’argent comme si c’était quelque chose de mauvais. Moi, ce sont les défis qui me motivent. Tu veux faire quelque chose? Fais-le», s’exprime-t-elle, un éclat de passion dans les yeux.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Voyagez avec Vasco
- PUBLICITÉ -
Top