- PUBLICITÉ -

Plus d’une vingtaine d’employés souffrant d’un handicap travaillent chez Plaisirs gastronomiques.

PG a trouvé une solution au manque de main-d’oeuvre

Des personnes souffrant d’un handicap embauchées en masse

L’entreprise Plaisirs gastronomiques de Boisbriand a trouvé une excellente solution à la rareté de la main-d’œuvre vécue dans la région. Depuis septembre 2020, on y a embauché plus d’une vingtaine de personnes handicapées, et ça fonctionne !

« Quelle belle opportunité de redonner à la société tout en adressant notre problème de main d’œuvre ! », lance d’emblée Julie Gamache, directrice des Ressources humaines chez Plaisirs gastronomiques. C’est elle qui a eu l’idée de contacter Intégration Travail Laurentides, organisme membre du Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées (ROSEPH), dont la mission est justement d’assurer l’intégration, le suivi et le maintien en emploi des personnes en situation d’handicap.

« Les emplois que nous avons à offrir sont non spécialisés. Il est donc plus facile de s’y adapter. La plupart ont commencé à temps partiel, à deux ou trois jours semaines, avec des horaires différents. Grâce à l’assurance qu’ils ont gagnée, la majorité sont aujourd’hui à quatre ou cinq jours par semaine et sont tout aussi fonctionnels que n’importe quel employé », explique Julie Gamache.

Des qualités essentielles

Les personnes souffrant d’un handicap sont souvent laissées à elles-mêmes lorsqu’elles atteignent l’âge de 21 ans. Pourtant, elles sont aptes à travailler, mais les entreprises hésitent à le faire de peur de se retrouver avec un problème plutôt qu’une solution. Toutefois, s’ils sont bien accompagnés, qu’ils effectuent au départ des tâches non contraignantes, il n’en est rien, estime Julie Gamache.

« Ce n’est pas tout de les accueillir, mais il faut qu’ils restent et qu’ils soient présents au travail. Ces gens sont si reconnaissants que leur assiduité est impeccable et que leur fierté au travail est bien présente ! »

Mettre un couvercle ou des produits dans des boîtes, déballer des produits et ramasser sont au nombre des tâches qui leur sont confiés, au départ.

« Lorsque le contremaître voit que la personne a une certaine habileté ou que celle-ci vient le voir pour lui demander d’effectuer des tâches plus difficiles, on regarde ce que l’on peut faire de façon à répondre à leur limitation ou à leur donner de petites victoires. »

Quant aux employés qui les entourent, ils deviennent plus tolérants et inclusifs. Tous y gagnent quelque chose.

« Ça amène une tout autre dynamique dans l’entreprise ! Et nous n’avions pas le choix, il fallait trouver des solutions qui sortaient de l’ordinaire. L’inclusion fait partie de nos valeurs chez PG. Ça allait donc de soit », de dire Mme Gamache qui a aussi récemment procédé à l’embauche de 28 Malgaches pour combler des besoins de main-d’oeuvre. Une vingtaine d’autres sont attendus.

ROSEPH

C’est « un coup de foudre professionnel », rien de moins, qui a rejailli de la relation qui s’est développée entre Plaisirs gastronomiques et le Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées (ROSEPH) au fil des mois.

De nombreuses rencontres entre les deux parties, tout comme des visites de lieux, ont précédé l’embauche. On voulait s’assurer des deux côtés que le profil des employés recommandés convenait.

« J’ai rencontré plusieurs entreprises depuis cinq ans qui ont embauché une ou deux personnes. Mais du côté de Plaisirs gastronomiques, nous sommes en communication constante à savoir quand aura lieu la prochaine cohorte d’entrevue », explique Jocelyne Labelle du ROSEPH. Pour elle, tout commence par une volonté de la direction de régler une problématique.

« À partir de là, on passe à l’action, lance Mme Labelle. Depuis septembre, poursuit-elle, nous sommes rendus à huit cohortes chez Plaisirs gastronomiques, avec une moyenne de trois ou quatre embauches par cohorte. C’est incroyable ! Un beau succès ! »

Pour en savoir plus ou postuler, il suffit de visiter le i-tl.org ou encore la section « carrières » de la page Facebook de Plaisirs gastronomiques.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top