- PUBLICITÉ -
Paul Larocque, la vie après la politique

Photo Nicolas T. Parent

Paul Larocque, ancien maire de Bois-des-Filion et notaire.

Photo Nicolas T. Parent

Un bon nombre de personnes étaient rassemblées dans le cadre du déjeuner-rencontre de la CCBDFL.

Paul Larocque, la vie après la politique

CCBDFL

La Chambre de commerce de Bois-des-Filion–Lorraine (CCBDFL) tenait un déjeuner-rencontre, au matin du mercredi 19 février, au Chalet des citoyens de Bois-des-Filion. On comptait sur la présence de l’ex-maire filionois Paul Larocque, à titre de conférencier invité.

Ce dernier présentait ses occupations professionnelles au terme de sa carrière en politique, devant une poignée de gens d’affaires, d’anciens collègues et homologues et d’autres dignitaires.

«Je tiens d’abord à dire que la Chambre de commerce est un lieu de rencontre et d’échange indispensable pour l’ensemble de la communauté» , lançait-il aux convives, ajoutant qu’il a déjà rempli la tâche de président de la CCBDFL, avant de démissionner pour être appelé à occuper le poste de maire de Bois-des-Filion, en 1993.

Il rappelait d’ailleurs que ce groupement est dans un nouvel élan, en plein vent de fraîcheur avec une nouvelle équipe appuyée par une génération émergente de gens d’affaires. «Je souhaite le succès désiré et mérité à ces personnes qui viennent insuffler de nouvelles idées profitant à l’ensemble de notre communauté!»

L’autoroute 19

Paul Larocque discutait alors de ses responsabilités à titre de notaire, ainsi que de l’entreprise pour laquelle il travaille actuellement (Me Paul Larocque Notaire inc.).

Fier de ce qu’il a accompli pendant des années et de la saine continuité après son départ de la mairie, il n’a pas pu passer sous silence le sujet de l’autoroute 19; un dossier majeur qui occupe une part importante de son histoire professionnelle.

«Ç’a hanté toute ma carrière, confirme-t-il. Tout indique finalement que je verrai cette autoroute, je serai témoin de sa construction de mon vivant. Le projet évolue positivement et rapidement. Une nouvelle étape vient tout juste d’être franchie, avec l’octroi, du gouvernement du Québec, du mandat pour la préparation des plans et devis aux firmes de génie. C’est une étape cruciale! Ce n’est maintenant plus une vague promesse.»

C’est donc dire qu’il s’agit, selon lui, d’un geste concret qui fut réalisé. Le gouvernement ne peut simplement plus reculer. «Je suis heureux de voir le ministère des Transports du Québec s’asseoir avec les partenaires municipaux de la région pour faire aboutir le projet. Sans rien enlever aux précédents gouvernements, je peux dire que celui qui est en place présentement pousse le projet de l’autoroute 19.»

Bénévolat et humour

En plus d’être impliqué dans cet imposant dossier en transport, Paul Larocque est actuellement directeur général de Grand Montréal Comique, une association à but non lucratif réunissant des personnalités de l’humour bien connues des québécois.

«Dans la foulée du scandale de Juste pour rire, j’ai été approché pour fonder un nouvel organisme. Je fréquente donc une autre brochette de gens d’affaires, soit les Martin Petit, François Massicotte, Patrick Groulx, Sylvain Larocque, Guy A. Lepage, et j’en passe.»

Son travail est bénévole. Le Grand Montréal Comique permet, en somme, l’expression des talents reconnus – donc les humoristes établis – et de la relève. Il vise le développement de cette forme artistique, dans le respect des artistes, des hommes et des femmes. Il soutient et défend des causes, telles que la violence faite aux femmes et aux enfants.

«Mon implication a amené à créer un festival d’humour qui s’appuie notamment sur le monde municipal, principalement et non exclusivement sur les couronnes sud et nord de Montréal. Je suis heureux de vous informer que la Ville de Bois-des-Filion a décidé d’y adhérer cette année, tout comme certaines municipalités. Nous en serons à une troisième édition en 2020.»

C’est donc dire que l’ex-maire montre un agenda toujours bien noirci malgré sa retraite du monde municipal.

«Je peux vous confirmer qu’il y a bien une vie après la politique!» adressait avec humour Paul Larocque, visant plus particulièrement ses anciens collègues et homologues. On comptait, entre autres, sur la présence de l’actuel maire de Bois-des-Filion, Gilles Blanchette, ainsi que du premier magistrat de Blainville et préfet de la MRC de Thérèse-De Blainville, Richard Perreault.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top