- PUBLICITÉ -
L’historien Marcel Tessier complète les conférences de 2009

(Photo Michel Chartrand)

L’historien Marcel Tessier complète les conférences de 2009

À la Chambre de commerce BDF/Lorraine

Pour son dernier déjeuner-conférence de l’année 2009, la Chambre de commerce Bois-des-Filion/Lorraine recevait comme conférencier, mercredi dernier, nul autre que le coloré historien, Marcel Tessier.

Avant de céder la parole au conférencier, le président de la Chambre, Michel Bourgeois a souhaité la bienvenue à la cinquantaine de convives réunis au restaurant La Saucisserie Bière au menu, situé sur la montée Gagnon. Il s’agissait d’un nouveau lieu de rencontre pour les membres de l’organisme puisque les déjeuners mensuels avaient lieu depuis 16 ans au restaurant Francesco. Parmi les invités, nous retrouvions les maires de Bois-des-Filion et de Lorraine, soit Paul Larocque et Ramez Ayoub, nouvellement élu, ainsi que le député provincial, Daniel Ratthé.
«Pour le dossier de l’A-19, nous avons une réunion avec la ministre des Transports qui a été reportée quatre fois. Dès le retour en janvier, notre gouvernement a besoin de comprendre l’urgence de la situation et nous allons nous servir des citoyens pour les sensibiliser. On promet un hiver chaud», a annoncé le maire Larocque.

Pour sa part, Ramez Ayoub a déjà été président de la Chambre de commerce, il y a une dizaine d’années. «Je reviens chez moi, dit-il, et c’est avec grande fierté que je me retrouve devant vous à titre de maire de Lorraine. Je suis à la tête d’une formidable équipe de conseillers pour les quatre prochaines années. Nous travaillons actuellement sur le budget que nous présenterons en janvier.»

Le député Ratthé a, quant a lui, ajouté qu’à titre de porte-parole du Parti québécois pour les PME, il préparait une rencontre pour le 8 février entre trois chambres de commerce de la région, soit celle de Thérèse-De Blainville, Bois-des-Filion/Lorraine, et Terrebonne.

Dans sa conférence, Marcel Tessier, a débuté en disant qu’il est malheureux de voir comment les jeunes générations ne connaissent pas l’histoire du Québec. «Depuis 1964, dit-il, dans nos écoles, on a arrêté d’enseigner l’histoire. On parle des Patriotes comme un fait niaiseux alors qu’ils se sont battus pour la démocratie au Québec.»

Pour l’historien de 75 ans, l’imposition du cours d’éthique et culture pour nos jeunes est un non-sens. «C’est l’histoire des autres religions. De là, à s’agenouiller pour dire qu’on aime les autres. On ne pourra jamais faire du Québec une nation solide si on n’est pas capable de rester debout. On ne peut pas mettre de côté ce que nos grands-parents et parents ont bâti», martèle-t-il avec la forte intonation que lui seul peut émettre.

Marcel Tessier a aussi louangé le travail de Jean Talon, le premier intendant de la Nouvelle-France en 1665. «Il devrait être le patron des chambres de commerce, car c’est lui qui était en charge du premier système économique et du peuplement du Canada.»

Pour parler des démunis lors de la fête de Noël qui arrive à grands pas, la chambre de commerce avait invité Claudette Éthier, ambassadrice du Service d’aide Saint-Maurice. «Nous devons nourrir 85 familles à chaque deux semaines et nous servirons un souper de Noël pour 200 personnes dans le besoin. Nous aurons aussi 140 paniers à livrer pour la fin de semaine avant Noël», a-t-elle mentionné.

Finalement, le président Michel Bourgeois a invité les membres à assister au Cocktail dînatoire des personnalités, le 26 janvier, au Centre culturel de Lorraine.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top