- PUBLICITÉ -
Les présidents des chambres de commerce et regroupements d’affaires livrent leur impression

(Photos Michel Chartrand)

Les présidents des chambres de commerce et regroupements d’affaires livrent leur impression

Dossier crise économique dans la région

Porte-parole des commerçants et industriels de la MRC de Thérèse-De Blainville, les présidents des chambres de commerce et des regroupements de gens d’affaires de la région sont au cœur même des inquiétudes ou des questionnements de leurs membres. En ces temps troublés où personne ne peut se prononcer sur la tendance que prendra le ralentissement économique au cours des prochains mois, ils ont accepté de livrer leurs impressions, quelques semaines après l’annonce officielle de la récession mondiale.

Michel Bourgeois, président de la Chambre de commerce et d’industrie Bois-des-Filion–Lorraine
«Oui, il y a des inquiétudes et on dénote un petit ralentissement, mais il n’y a pas de panique. Les commerçants trouvent ça plus difficile, mais ils réussissent à rencontrer leurs obligations. On essaie d’être visionnaires, mais l’incertitude est présente. Si je prends l’exemple du IGA de Bois-des-Filion, on prend conscience que les gens regardent ce qu’ils achètent. Il faut être prudent, mais attention à ne pas paniquer non plus. Nos membres semblent toujours intéressés à développer de nouveaux projets au sein de leur entreprise, mais ils ne le font pas les yeux fermés.»

Stéphane Giguère, président de la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville
«Actuellement, chez nos membres, ce sont les plus grosses entreprises et les sous-traitants qui ressentent le plus les effets de la récession. Les consommateurs réfléchissent plus, mais ce n’est pas une situation qui va perdurer. Dès que l’économie reprendra, ce sera terminé. Quant aux pertes d’emplois, elles ne sont pas drastiques. Je pense toutefois que le pire s’en vient. Pour l’instant, la crise économique est plus écrite que vécue. D’ici les six prochains mois, on va ressentir davantage les effets, mais pas pour une longue durée. Dans les 12 à 18 mois à venir, tout cela sera oublié. Malheureusement, ce ne sont pas tous les commerçants qui ont les reins assez solides pour passer au travers. Trois de nos membres d’ailleurs ont fermé leurs portes (produits de luxe). En ce qui concerne les autres, ils devraient passer au travers sans trop de baisses, mais sans trop de profits non plus. Heureusement, les municipalités s’entendent bien entre elles et collaborent pour stimuler l’économie.»

Jacques Hébert, président du Regroupement des gens d’affaires de Boisbriand
«L’association regroupe principalement des commerces de détail, des professionnels et des travailleurs autonomes. Actuellement, on ne ressent aucun effet du ralentissement économique. Ironiquement, c’est même l’inverse qui se produit. Et c’est grâce au Passeport Boisbriand qui joue un rôle majeur depuis son entrée en vigueur à la mi-novembre. Les membres du Regroupement sont d’ailleurs emballés par cette initiative. Même si tout va plutôt bien, on ne se ferme pas les yeux pour autant. Il y a quand même deux restaurants qui ont fermé leurs portes à Boisbriand. Était-ce lié à la crise économique? Je ne peux pas l’affirmer.»
À noter que du côté de l’Association des gens d’affaires de Blainville, le président, Renald Gagnon, indique que c’est seulement lors d’une rencontre prévue à la mi-février qu’il sera possible de vérifier si les membres ressentent les effets du ralentissement économique.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top