- PUBLICITÉ -
L’entrepreneuriat vu par Pierre Karl Péladeau

Serge Langlois, président-éditeur du Groupe JCL, Pierre Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor, et Pierre-Marc Langlois, directeur des ventes au Groupe JCL.

L’entrepreneuriat vu par Pierre Karl Péladeau

Conférencier invité de la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville, le mercredi 14 novembre, le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, a entretenu son auditoire d’un sujet dont il conçoit bien les rouages et auquel il porte aussi un vif intérêt: l’entrepreneuriat.

D’entrée de jeu, l’homme d’affaires s’est plutôt montré disposé à livrer quelques petites confidences légèrement guillerettes à son auditoire. S’il fut révélé au grand jour que Sainte-Thérèse a été le témoin de ses premières amours, à l’âge de 10 ans, le conférencier a tenu à saluer le président-éditeur du Groupe JCL (qui publie ce journal), Serge Langlois.

«Nos profils sont similaires, car nous étions le fils de l’autre. Je tiens à féliciter Serge, car son média est un acteur économique important pour la région. Mon père avait une grande estime pour son père (NDLR: feu Jean-Claude Langlois)», de confier M. Péladeau.

La relève est rare

Président de la Fondationdel’entrepreneurship, Pierre Karl Péladeau a d’abord confirmé les chiffres à la baisse, à propos du taux de survie des entreprises, tout en se disant préoccupé par la rareté de la relève qui prévaut actuellement dans la province.

Avec la mondialisation, les sièges sociaux qui plient bagage, les taux de survie extrêmement bas des nouvelles entreprises, la réalité d’aujourd’hui a pris des allures dramatiques. «Il faut absolument s’y attarder», de souligner le PDG de Québecor.

Raisons

Si les raisons sont nombreuses pour expliquer le peu d’engouement pour l’entrepreneuriat, on constate que les entrepreneurs existants ne sont pas ou très peu valorisés. «Pourquoi ne serions-nous pas fiers de nos grands bâtisseurs? se questionne le conférencier. Trop souvent, les gens ne voient que le potentiel d’échec, alors que ça fait partie de l’entrepreneuriat. Je ne connais pas d’entrepreneurs qui n’ont pas eu d’échecs, et des échecs cuisants parfois.»

Défis

Si les défis sont nombreux, la relève familiale en entreprise demeure aussi une préoccupation puisque le lien filial existe et qu’il peut agir comme perturbateur dans la relation patron-employé.

Cependant, le revers de la médaille existe aussi. «Le sang neuf peut également réveiller une PME assoupie et même devenir un gros joueur d’envergure», de continuer M. Péladeau.

«Nous sommes dotés d’investisseurs puissants au Québec», de continuer ce dernier en faisant référence à Investissement Québec et à la Caisse de dépôt.

Affirmant reconnaître le rôle important des syndicats dans son entreprise, Pierre Karl Péladeau rappelle la nécessité de la coopération de ces derniers dans la survie des entreprises. «Les temps ont changé et nous sommes en compétition avec la planète», souligne-t-il.

Visiblement très fier du chemin parcouru par Québecor Média, M. Péladeau n’a pas hésité à rappeler que le siège social de l’entreprise était au Québec, et ce, même si l’on compte 16 000 employés dans le Canada.

«Il faut s’investir dans le Québec de demain. Les objectifs sont audacieux et réalistes», de conclure le conférencier.

La Fondation de l’entrepreneurship

Créée en 1980, la Fondation de l’entrepreneurship se veut un agent actif de premier plan dans la transformation du développement économique et social du Québec.

Elle offre des produits et services pour les entrepreneurs tels que le Réseau M–mentorat pour entrepreneurs ainsi qu’une vaste collection de livres de langue française consacrée au démarrage, à la gestion et à la croissance des entreprises.

La Fondation produit également des recherches et des analyses de l’univers entrepreneurial, dont son Indice entrepreneurial québécois et les Portraits du dynamisme entrepreneurial tant locaux que régionaux.

Mission

Cet organisme sans but lucratif s’est engagé dans la promotion du développement de la culture entrepreneuriale comme moyen privilégié d’assurer le développement économique et social du Québec, une culture entrepreneuriale qui fait appel aux valeurs d’autonomie, de créativité, de responsabilité et de solidarité.

Pour remplir cette mission, elle s’associe aux acteurs politiques, sociaux et économiques, ainsi qu’à ceux de l’éducation et du monde communautaire qui poursuivent des objectifs similaires. Info : [www.entrepreneurship.qc.ca].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top