- PUBLICITÉ -

Valérie Kennedy et Kareen Lamy, propriétaires du restaurant Steakhouse St-Charles, à Sainte-Thérèse.

L'équipe donne un coup de main, en prévision de l'ouverture de la nouvelle boutique.
Les employés n'hésitent pas à mettre la main à la pâte.

Le Steakhouse St-Charles se réinvente

Des nuits d'insomnie, elles en ont eues, mais plutôt que de se laisser abattre par l'incertitude entourant la pandémie, les propriétaires du Steakhouse St-Charles, à Sainte-Thérèse, ont décidé de jouer le tout pour le tout. Elles sont à finaliser l'aménagement, à même leur restaurant, d'une toute nouvelle boutique-boucherie, un concept audacieux qui, espèrent-elles, leur permettra de tirer leur épingle du jeu et de se positionner pour l'avenir.

Le domaine de la restauration est confronté à un défi sans précédent et, bien que les établissements soient à nouveau autorisés à accueillir la clientèle, la situation comporte encore de nombreuses inconnues. Alors que plane la menace d’une deuxième vague de COVID-19, les restauratrices Kareen Lamy et Valérie Kennedy misent sur l’innovation. Investir est certes un pari risqué dans le contexte actuel, mais leur décision est mûrement réfléchie.

«Soit on regarde en arrière, soit on regarde en avant et, nous, quand on avance, on court», soutient Kareen Lamy.

Il y a deux semaines, ont été lancés les travaux d’aménagement de la boutique, un «couloir chic» où l’on pourra se procurer les spécialités du Steakhouse St-Charles en formule «pour emporter», des mets prêts à manger, ainsi que différentes pièces de viande. «On parle de côtes de boeuf, de tartares», souligne-t-elle, tout en précisant que cette nouvelle offre se déploiera également via une boutique en ligne.

Réouverture du restaurant

Parallèlement à ce nouveau projet, les propriétaires se préparent pour la grande réouverture du restaurant, qui aura lieu le jeudi 25 juin en soirée. Un défi de logistique, fait remarquer Kareen Lamy, alors que les recommandations de la santé publique sont nombreuses et évoluent constamment. Il y a toute la disposition des tables à revoir, mais aussi la gestion du personnel. Avant la pandémie, le Steakhouse St-Charles pouvait recevoir jusqu’à 300 clients le samedi soir. Sa capacité d’accueil sera certainement moindre et un grand point d’interrogation demeure: les gens seront-ils au rendez-vous?

Des repas pour les plus démunis

La pause obligée des dernières semaines aura donc donné aux propriétaires du Steakhouse St-Charles l’occasion de réfléchir et de se réinventer. Mais elles ont fait beaucoup plus. Elles ont utilisé le temps mis à leur disposition pour concocter, avec l’aide de leur équipe, des repas pour les plus démunis, en collaboration avec La Tablée des chefs et Moisson Laurentides. «On a préparé de 8 000 à 10 000 plats», précise Mme Lamy, qui aimerait pousser cette implication encore plus loin en s’associant à des organismes de la région.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top