- PUBLICITÉ -

Photo Benoît Bilodeau – Le ministre des Finances et député de Groulx, Eric Girard, discute ici avec son homologue et député de Blainville, Mario Laframboise.

Photo Benoît Bilodeau – Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, avait un message positif à livrer aux gens d’affaires de la région.

Le ministre Eric Girard parle d’un «plan économique ambitieux» pour le Québec

Même si le gouvernement de François Legault s’est donné un plan ambitieux pour les 10 prochaines années à ce chapitre, le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, estime que celui-ci a toutes les chances de réussir puisqu’il repose sur des actions immédiates et quatre piliers qui permettront à son avis d’accroître le potentiel économique du Québec.

De passage dans les Basses-Laurentides le lundi 16 septembre dernier, veille de la rentrée parlementaire à l’Assemblée nationale du Québec, celui qui est aussi député caquiste de Groulx et ministre responsable de la région de Laval avait donc un message positif à livrer aux quelque 80 personnes venues l’entendre lors d’un dîner-conférence organisé par la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville (CCITB).

Amener le Québec à un autre niveau

D’entrée de jeu, le ministre Girard s’est fait rassurant, disant que «le Québec va bien» sur le plan économique; un point important à se souvenir de cette conférence.

«C’est important, mais nous voulons aussi amener le Québec à un autre niveau. Nous avons des retards à rattraper, au niveau de l’investissement, de l’éducation, du travail, de la productivité, de la richesse. Et c’est là-dessus que nous allons travailler et c’est pourquoi toutes nos interventions ont des objectifs à long terme, que nos actions doivent être structurelles sur le long terme», a-t-il expliqué dès le début de son allocution.

Et pour combler ces retards, l’actuel gouvernement a «un plan», de mentionner M. Girard

«Nous avons un plan précis, cohérent. L’ensemble des ministres et des députés connaît ce plan. Et chaque action que nous posons dans le budget ou les annonces gouvernementales est reliée à ce plan qui vise à créer de la richesse pour tous les Québécois. Et lorsqu’on crée de la richesse, il y a plus d’argent pour l’éducation, la santé, et en transport. Et ça permet même de remettre de l’argent aux contribuables et éventuellement baisser les impôts», de poursuivre l’ancien trésorier de la Banque Nationale, tout en insistant sur l’importance de réduire la dette.

Des actions immédiates et à long terme

Parmi les actions immédiates qui sont mises en place, le ministre Girard a énuméré la remise de 5,5 milliards de dollars (G$) sur cinq ans dans le portefeuille des Québécois; l’amélioration de l’accessibilité et la qualité des soins de santé avec une enveloppe de 4,9 G$ d’ici 2023-2024; la lutte contre les changements climatiques avec 900 M$ d’ici 2020-2021, et une hausse de 15 G$ du Plan québécois des infrastructures sur 10 ans, soit jusqu’en 2028-2029.

Mais les actions immédiates ne suffiront pas, et le gouvernement se devra aussi d’accroître le potentiel économique du Québec en se basant à plus long terme sur les quatre piliers qu’il a identifiés.

Et cela, a-t-il précisé, en accroissant la participation des personnes de 55 ans et plus au marché du travail, en bénéficiant pleinement de l’apport des immigrants, en stimulant l’investissement des entreprises, ainsi qu’en maintenant l’équilibre de la dette et en réduisant le poids de la dette.

«Oui, il s’agit d’un plan économique ambitieux, mais le cadre financier est équilibré, le poids de la dette diminue constamment et le budget 2019-2020 comprend des mesures visant à stimuler la croissance économique du Québec au-delà de son potentiel de 1,3 %, pour le porter à 1,8 %. Et ça, c’est majeur», de conclure Eric Girard avant de répondre à quelques questions de son auditoire.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top