- PUBLICITÉ -
Le meilleur est à venir

Photo Stéphanie Prévost

La mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie Surprenant, en compagnie de Cynthia Kabis, directrice générale de la CCITB, Régine Apollon, conseillère municipale, Normand Toupin, conseiller municipal, Marie-Noëlle Closson-Duquette, présidente du GEST, et Caroline Du Paul, agente de liaison au GEST.

GEST: Le meilleur est à venir

Pour Sylvie Surprenant et le GEST

C’est en leur souhaitant «le meilleur qui soit» que la mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie Surprenant, a salué les membres du Groupement des entreprises de Sainte-Thérèse (GEST), réunis à la Maison Lachaîne, le jeudi 31 janvier, à l’occasion d’un déjeuner au cours duquel on devait présenter le budget municipal déposé avant la pause du temps des Fêtes.

C’est en leur souhaitant «le meilleur qui soit» que la mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie Surprenant, a salué les membres du Groupement des entreprises de Sainte-Thérèse (GEST), réunis à la Maison Lachaîne, jeudi dernier, à l’occasion d’un déjeuner au cours duquel on devait présenter le budget municipal déposé avant la pause du temps des Fêtes.

On a bien pris le temps de le faire, effectivement, mais on a aussi longuement discouru des grands travaux à venir en 2019, les plus importants entrepris à ce jour (au coût de 15 millions de dollars) et qui toucheront la principale artère du village, c’est-à-dire la rue Turgeon, entre les rues Dubois et Joseph-Hamelin, laquelle sera transformée et modernisée, dans son sous-sol autant qu’à la surface, de manière à en faire une porte d’entrée vivante et rajeunie, a-t-on rappelé.

Ces travaux débuteront tel que prévu à la mi-mars, dans une phase initiale qui se poursuivra jusqu’à l’automne (quelque part entre octobre et décembre). «Ce sera intense, mais on aura fait le principal avant Noël. Les travaux se poursuivront en 2020 et 2021, mais ils seront moins perturbants» , indiquait la mairesse en confirmant la mise sur pied d’un Comité de bon voisinage chargé de faire un suivi sur les impacts générés par ces travaux.

Formé de citoyens, de commerçants, de partenaires de la communauté, de représentants du transport en commun et de la sécurité publique, ce comité, expliquait Delphine Lebrun, agente de liaison communautaire pour la Ville, sera mis sur pied avant le début des travaux et les citoyens y auront un accès direct, soit en assistant aux réunions de celui-ci, ou encore en adressant leurs questions ou leurs préoccupations par courriel ou par téléphone.

Rénovation de façades

Les membres du GEST ont aussi appris qu’ils pourront bénéficier de la phase II d’un programme de rénovation des façades qui sera encore assorti d’une enveloppe de 300 000 $ distribué sous forme de subventions qui couvriront une portion des coûts engagés. Outre les façades, les projets touchant les enseignes et les traitements anti graffiti seront aussi admissibles, tout comme les plans architecturaux et les travaux débouchant sur un meilleur accès pour les personnes à mobilité réduite.

L’objectif est simple, exprimait Nicola Cardone, directeur du service de l’urbanisme, rendre les façades commerciales plus attrayantes: «Pour inviter, dit-il, il faut être invitant.»

Autres travaux

Par ailleurs, la Ville de Sainte-Thérèse ne sera pas la seule à tenir des chantiers, en 2019, le privé aussi, et l’on identifiait une douzaine d’entre eux qui auront pour effet de modifier considérablement le paysage urbain, à commencer par le Quartier Belmont, entre les rues Dubois et Dion, dont les travaux devraient être complétés à l’automne.

Le projet Viva-Cité (angle Labelle et Ducharme), entreprendra quant à lui sa 3e phase, alors que la construction de 26 maisons de ville va bon train à l’angle des rues Napoléon et Blanchard. Les travaux devraient être complétés en octobre. D’ici la fin de l’année, un autre projet de maisons de ville sera complété sur une nouvelle rue qui portera le nom de l’ex-députée de Groulx, Madeleine Bleau.

300 logements s’ajouteront par ailleurs dans le secteur Fabien-Drapeau, des immeubles de six étages (commerces et bureaux) s’élèveront, l’un sur le terrain de l’ancienne brasserie Ste-Thérèse, l’autre à l’angle des rues Turgeon et Napoléon, sans compter la Plaza Ste-Thérèse, où l’on poursuivra, jusqu’en 2022, des travaux évalués à 25 millions.

On en dépensera deux fois plus à la polyvalente Sainte-Thérèse, alors que la CSSMI annonce un chantier qui durera cinq ans, au terme duquel on aura rénové la façade, refait les cages d’escaliers, le stationnement et l’aménagement extérieur, en plus de revamper le gymnase, exercice qui nécessitera de sacrifier la piscine.

Entre-temps, il faudra bien se préparer à célébrer le 170e anniversaire de Sainte-Thérèse (1er juin). «Sainte-Thérèse est une grande dame qui a de l’âge et c’est important, pour nous, de la fêter» , a dit la mairesse en avisant que nous entendrons parler bientôt des activités qui se dérouleront à cette occasion.

Le GEST

Affilié à la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville, le GEST, organisme présidé par l’avocate Marie-Noëlle Closson-Duquette, compte 160 membres, comparativement à 22 il y a cinq ans. Il faut dire que l’organisme, qui concentrait ses activités au centre-ville thérésien, étend désormais son action sur tout le territoire de la municipalité. On y retrouve quatre comités œuvrant dans autant de secteurs: festivités, village, développement économique et «branding» .

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Sucré
- PUBLICITÉ -
Top