- PUBLICITÉ -
Le CAEBL atteint le quart de siècle

Le président du Centre d’aide aux entreprises des Basses-Laurentides (CAEBL), Jean Blanchard, et la directrice générale, Renée Courchesne.

Le CAEBL atteint le quart de siècle

Voué au financement à court terme d’entreprises de la région

Se réjouissant encore de résultats considérés exceptionnels pour l’année 2009, le Centre d’aide aux entreprises des Basses-Laurentides (CAEBL) célèbre cette année ses 25 ans d’existence. Administrateurs, employés permanents et partenaires de l’organisme basé à Saint-Jérôme étaient d’ailleurs réunis au Club de golf Glendale, à Mirabel, le 16 juin dernier, pour souligner cet anniversaire et mesurer tout le chemin parcouru.

Un repositionnement bénéfique

Après un questionnement sur la raison d’être du CAEBL et conscients qu’il y avait un certain recoupement avec certains produits et services mis à la disposition des entrepreneurs par les centres locaux de développement (CLD), les fonds d’intervention économique régionaux (FIER) et autres organisations du genre, ses administrateurs ont cru bon opérer un virage en spécialisant l’organisme dans l’offre de financement à court terme en 2007.

Depuis cette réorientation, le nombre de prêts accordés par le CAEBL ne cesse de croître. «À nos débuts, en 1986, nous avions accordé 153 000 $ en prêts. Cette année, ce sont plus de 4 millions de dollars qui ont été investis dans les entreprises de la région des Basses-Laurentides. En 2009, notre aide a concrétisé la création ou le maintien de près de 300 emplois dans la région», affirme la directrice générale du CAEBL, Renée Courchesne.

Le financement direct accordé peut prendre la forme de crédits-relais, d’acquisition d’équipement, de fonds de roulement ou encore, par l’entremise d’un programme spécial, de l’aide au démarrage ou à la relève d’entreprise.

La nature des projets où les investissements du CAEBL ont été affectés en 2009-2010 est la recherche scientifique et le développement expérimental, dans une proportion de 47 %, suivis par les commandes à 32 %, l’équipement ou le fonds de roulement à 16 % et la relève ou la succession à 5 %.

Des entreprises de la MRC de Thérèse-De Blainville ont bénéficié en majeure partie de ces prêts dans un ratio de 32 %. Celles de la MRC de Deux-Montagnes arrivent bonnes deuxièmes, avec 26 %. Les MRC de Rivière-du-Nord (16 %), Des Moulins (16 %) de Mirabel (13 %) et de Laval (10 %) complètent le tableau.

Des entreprises comme Polyroboteck Machine, de Blainville, D.F.E., de Boisbriand, et Bio Spectra, de Saint-Eustache, ont vu leur développement recevoir l’impulsion du CAEBL. «Par exemple, nous permettons aux dirigeants d’entreprises des secteurs manufacturiers et tertiaires moteurs d’enclencher la commercialisation de leur entreprise ou d’embaucher de la main-d’œuvre spécialisée. En un mot, notre financement les mène plus loin», ajoute Mme Courchesne.

D’ailleurs, le CAEBL fait référence dans son dernier rapport annuel à une enquête de satisfaction conduite auprès de sa clientèle en mai et juin 2009. Exactement 50 % de la clientèle a été sondée.

Pour les répondants, l’enveloppe financière allouée a servi à implanter de nouvelles technologies, favoriser l’expansion des activités (75 %), développer de nouveaux produits (73,3 %), créer ou maintenir des emplois (73 %) ou accroître les revenus (73 %).

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours IGA Daigle
- PUBLICITÉ -
Top