- PUBLICITÉ -
Le bilan entrepreneurial de Nathaly Riverin

Nathaly Riverin

Le bilan entrepreneurial de Nathaly Riverin

Les chiffres parlent d’eux‑mêmes: 14,8 % de la population québécoise serait désireuse de se lancer en affaires, et les 18‑34 ans en représenteraient 25 %. Une augmentation de 11 % depuis les 10 dernières années.

C’est sur une note plutôt positive que s’est amorcée la conférence de Nathaly Riverin, directrice générale de L’École d’entrepreneurship de Beauce, à qui la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville a donné la parole, dans le cadre de ces Midis d’affaires.

Ainsi, en préface, on découvre que 6,3 % des gens cherchent du financement, et que 11 % sont propriétaires solos ou associés.

«Si l’on se compare, il y a un écart entre le Québec et le reste du Canada. Depuis 15 ans, il y a moins d’entrepreneuriat et le manque de relève en entreprise est présent, souligne la conférencière. Regardez le nombre d’entrepreneurs qui prennent leur retraite, aujourd’hui. La relève a beaucoup de chance d’être challengée mondialement.»

La population vieillissante entraînant avec elle un manque de main-d’œuvre, les travailleurs disponibles sur le marché (et diplômés) ne parviendront pas à remplir les quotas manquants. «Le problème est là. Il y a beaucoup d’entreprises à transférer. On en compte environ 39 000, mais il n’y a pas beaucoup de main-d’œuvre. Sous peu, des entreprises seront à vendre, amenant avec elles les bons deals

Décisions

Fort heureusement, les chefs d’entreprises s’activent, soutient la conférencière. Ainsi, 32,8 % d’entre eux souhaitent faire croître leur entreprise de différentes façons et 15,2 % veulent se diriger vers l’exportation.

«Il est urgent de continuer à travailler sur l’ambition, puisque l’enjeu se joue entre les deux oreilles.»

EEB

Rentre en jeu l’École d’entrepreneurship de Beauce lancée en septembre 2010, et s’adressant uniquement aux chefs d’entreprises au Canada. Le concept: 70 des plus grands entrepreneurs du Québec partagent leur expérience et aident les leaders de demain à devenir de meilleurs chefs et à accélérer la croissance de leur entreprise.

«Vingt‑cinq entrepreneurs viennent tous les deux mois passer cinq jours, et ce, pour une durée de deux ans», explique Nathaly Riverin, ajoutant que 46 % des participants sont âgés entre 30 et 39 ans, et 35 % entre 40 et 49 ans.

Signe d’un succès significatif, les banques n’hésitent plus à référer ou diriger leurs clients vers l’École d’entrepreneurship de Beauce, une région qui connaît d’ailleurs le plus bas taux de chômage et de décrochage au Canada, ainsi que le plus faible taux d’obésité au Québec.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top