- PUBLICITÉ -
L’AGAB reçoit une «figure de proue» du monde des affaires

Photo André Bernier - Nous reconnaissons les convives de la table d’honneur, partenaires majeurs et élus, dont la conférencière du jour, Danièle Henkel.

Photo André Bernier - La conférencière, Danièle Henkel.

L’AGAB reçoit une «figure de proue» du monde des affaires

Journée de la femme

L’Association des gens d’affaires de Blainville (AGAB) conviait ses membres à un dîner-conférence au Club de golf Les quatre domaines, de Mirabel, dans le cadre de la Journée internationale des femmes, le 8 mars. Au menu, une conférence d’une personnalité spéciale et féminine, considérée comme une «figure de proue de l’entreprenariat» au Québec, Danièle Henkel.

Étaient présents, entre-autres, le député fédéral de Thérèse-De Blainville, Ramez Ayoub et la conseillère de la Ville de Blainville, Marie-Claude Collin. L’animateur du midi était l’ancien député provincial de Blainville, maintenant administrateur à l’AGAB, Daniel Ratthé. Ce dernier en a profité pour remercier les nombreux partenaires et commanditaires de cet événement. Mme Henkel était alors assise à la table d’honneur, à l’avant de la salle.

La violence conjugale…

Alors qu’on servait les premiers plats, M. Ratthé a invité Linda Petrozza, de Femina Québec, un organisme venant en aide à d’autres organisations qui travaillent pour les femmes victimes de violence conjugale.

«C’est vraiment un honneur pour moi de vous adresser quelques mots aujourd’hui. Femina Québec est un organisme à but non lucratif qui a été créé au mois de juillet dernier, et qui a pour mission de soutenir les organismes venant en aide aux femmes victimes de violence conjugale au Québec, par l’accroissement de leurs ressources, mentionne-t-elle, d’entrée de jeu. Je vais vous relater quelques données. Vous savez qu’au Canada, la moitié des femmes ont été victime d’un acte de violence, physique ou sexuel, depuis l’âge de 16 ans. C’est 67 % des canadiennes et canadiens disent connaître une femme ayant déjà été victime de violence conjugale. Les femmes de 15 à 24 ans représentent le plus haut taux de violence conjugale ou d’homicide commis par un conjoint ou un ex-conjoint.»

De son côté, Mme Henkel parlait logiquement de la place de la femme dans le monde des affaires. Elle y partageait «sa perception des enjeux que les femmes ont surmontés et des obstacles qui perdurent» .

Elle y abordait également «la tendance qu’ont les femmes d’affaires à se fondre dans le décor à force de vouloir en faire partie, la complémentarité et la richesse d’une entreprise reconnaissant les forces liées au genre ainsi que les caractéristiques attribuées aux femmes, souvent perçues comme des défauts, alors qu’il s’agit en fait de bénédictions» .

En cette journée commémorant la femme, ce moment a su sans doute conscientiser les hommes présents dans la salle et inspirer les autres.

Enfin, pour plus d’informations concernant l’AGAB et ses prochains rendez-vous du genre: [https://agab.qc.ca].

Array
- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top