- PUBLICITÉ -
La grange Chaumont dans la mire du Marché de la Place

Photo Michel Chartrand:

La grange Chaumont dans la mire du Marché de la Place

Le 5 juillet dernier, Martin Petrarca, président du fonds Entreprises d’économie sociale et développement durable de la Société de développement économique Thérèse-De Blainville, la SODET, est venu remettre une subvention de 5 000 $ à Justine Gagnon-Cyr, coordonnatrice du Marché de la Place, projet lui-même chapeauté par l’organisme Partenaires Rues principales.

«Nous annonçons en fait notre soutien au projet pour les trois prochaines années, à raison de 5 000 $ par année», a précisé d’entrée de jeu M. Petrarca, le tout, conditionnellement à la viabilité du projet et à l’atteinte des objectifs fixés.

Séduits, poursuit-il, par le dynamisme des promoteurs et la qualité du projet, le président et son équipe ont tôt fait d’apprécier le volet achat local du projet et tout le développement économique qui s’ensuit. «Notre comité a d’emblée reconnu l’importance du projet du Marché de la Place pour favoriser l’achat local et la vente de produits frais à la population de Sainte-Anne-des-Plaines et des environs. C’est pourquoi nous avons recommandé au conseil d’administration de la SODET de soutenir le plan triennal de développement du Marché de la Place», a-t-il mentionné.

Un marché dans une grange?

Parmi les objectifs identifiés dans le plan triennal du Marché de la Place, deux ressortent du lot. Le premier, déjà en place depuis le 18 juin dernier, concerne le développement de la Vitrine du marché. «La Vitrine du marché, c’est environ quatre kiosques qui regroupent les produits d’une trentaine de producteurs et transformateurs agroalimentaires de la région», explique Justine Gagnon-Cyr. Les produits offerts vont du vin biologique au miel, en passant par les fruits et légumes, bien sûr, mais aussi les produits de l’érable, les vinaigrettes, les canneberges et autres. «De l’entrée au dessert», résume-t-elle.

«La Vitrine varie beaucoup d’une semaine à l’autre. Par exemple, nous avons eu des asperges pendant deux semaines», indique à son tour France Majeau, conseillère municipale et elle-même productrice.

Le second objectif, plus complexe, concerne l’implantation du marché en un lieu permanent, idéalement dès l’été 2012. Déjà, la grange Chaumont a été identifiée comme site potentiel. «Le projet est à l’étude. Nous savons que nous devons déplacer la grange de quelques pieds pour des raisons de sécurité, alors nous regardons en même temps si nous pouvons obtenir des subventions supplémentaires pour la transformer en marché», indique Mme Majeau. À ce stade-ci, aucune décision n’a cependant encore été prise.

Enfin, l’augmentation du nombre de jours d’ouverture et une prolongation de la période d’exploitation sur trois saisons font aussi partie de la stratégie de croissance du Marché de la Place à moyen terme. «Le marché a pris son essor au niveau local. Grâce à des activités de promotion, on espère attirer davantage de gens de la MRC de Thérèse-De Blainville», indique en terminant Mme Gagnon-Cyr.

Le Marché de la Place est ouvert tous les samedis, devant l’hôtel de ville de Sainte-Anne-des-Plaines, de 9 h à 14 h.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top