- PUBLICITÉ -
Jean-Claude Boies, un rassembleur qui sème la bonne humeur

Photo Christian Asselin - Jean-Claude Boies, dans le bureau qu'il occupe depuis l'an 2000, année où le concessionnaire a été reconstruit à la suite d'un incendie.

Jean Claude Boies, Un Rassembleur Qui Sème La Bonne Humeur

Jean-Claude Boies, un rassembleur qui sème la bonne humeur

Chez Boisvert Chevrolet Buick GMC depuis 35 ans

Jean-Claude Boies a marqué, à sa façon, l’histoire de la MRC de Thérèse-De Blainville. Propriétaire de Boisvert Chevrolet Buick GMC de Blainville, celui qui a eu 70 ans cette semaine est surtout reconnu pour ses nombreuses implications communautaires.

Jean-Claude Boies a marqué, à sa façon, l’histoire de la MRC de Thérèse-De Blainville. Propriétaire de Boisvert Chevrolet Buick GMC de Blainville, celui qui a eu 70 ans cette semaine est surtout reconnu pour ses nombreuses implications communautaires.
Rares sont les résidants de la MRC qui ne connaissent pas ou qui n’ont jamais entendu parler de Jean-Claude Boies. Originaire de la Rive-Sud de Montréal, il roule sa bosse à Blainville depuis 1983. Les cinq années précédentes, il les avait passées à Boucherville, chez Boisvert Ford, à apprendre les rudiments du métier de vendeur de voitures. Malgré son air quelque peu délabré, à cette époque, son patron ne tarde pas à remarquer ses qualités de leader.
«Je n’avais pas d’allure quand j’ai commencé dans le domaine. J’avais les cheveux aux épaules, je bégayais, et je n’avais jamais fait un nœud de cravate de ma vie! Mais j’ai foncé et fait ma place assez vite! C’est bien simple, je n’avais jamais vendu un char de ma vie. Je ne connaissais donc rien là-dedans», raconte M. Boies qui, avant d’intégrer le marché de la vente automobile, avait travaillé pendant 11 ans à préparer les commandes pour une maison d’édition en plus de jouer de la batterie dans un groupe de musique qui portait son nom: JC and the Avalones.
«J’ai toujours eu deux jobs, lance M. Boies à ce sujet. Travailler ne m’a jamais fait peur. J’ai souvent fait du six jours semaine, du matin au soir.»
Le début d’une belle aventure
En 1983, à l’emploi de Boisvert Ford depuis déjà cinq ans, Jean-Claude Boies est pressenti pour occuper le poste d’assistant-gérant des ventes de la concession GM que vient d’acquérir Guy Boisvert, à Blainville. Il accepte le défi.
«Je ne savais rien de Blainville! Aucune idée de l’endroit où cette ville se trouvait! Mais ce fut un départ! On a commencé le 6 octobre 1983, avec 14 employés. Quatre ou cinq mois plus tard, j’étais nommé gérant des ventes».
M. Boies vit alors de belles années. Au milieu des années 1980, les taux d’intérêt diminuant enfin, de nombreuses familles ont maintenant les moyens de se procurer un véhicule.
«On a commencé à embaucher, montant à 40 employés. Je suis devenu directeur général, puis vice-président. Mais ces titres ne me sont jamais montés à la tête. Que ce soit pour 40 ou 14 employés, j’ai toujours gardé la même philosophie de gestion amicale et familiale. Aujourd’hui, j’ai 120 employés et c’est encore pareil!»
Pas question de retraite
À 70 ans, Jean-Claude Boies continue de se présenter au travail tous les matins. Il aime ça! Toutefois, comme il le dit: «Je ne mène plus rien».
«La beauté quand c’est ton entreprise, c’est qu’à 65 ans, on ne t’envoie pas chez vous! Je rentre donc tous les matins. Je salue mes employés, agis comme mentor auprès d’eux et je sème la bonne humeur».
Ce rôle de mentor, M. Boies le prend à cœur. Il n’hésite d’ailleurs pas à le camper dans sa communauté, à titre de chef mentor de la MRC, en conseillant les jeunes entrepreneurs en démarrage d’entreprise. Il est aussi impliqué au sein d’associations de gens d’affaires et nombreux organismes communautaires. Lorsqu’on lui demande le secret de sa réussite, il répond d’abord: «Je le sais-tu moi?», puis se ravise.
«Je propose. Je n’impose jamais. Je suis transparent avec mon monde et surtout, j’ai su bien m’entourer. Lorsque tu sais bien t’entourer, entourer les autres des bonnes personnes et que tu comprends, en tant qu’homme d’affaires, que chaque échec mène à une opportunité, c’est ce qui s’appelle le succès! Il faut que tu te plantes à l’occasion et c’est en te plantant que tu avances!»
Bon 70e Jean-Claude!

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top