- PUBLICITÉ -

Crédit photo Hydroserre Mirabel – Sylvain Terrault, président d’Hydroserre Mirabel.

Hydroserre Mirabel met la main sur les Serres Lefort

Déjà partenaire des Serres Lefort, à Sainte-Clotilde-de-Châteauguay, et surtout reconnue comme étant la référence en culture hydroponique en bassins de laitues Boston ainsi que de laitues de spécialité, l’entreprise familiale Hydroserre Mirabel a annoncé qu’elle s’est en porté acquéreur. La transaction survient après plusieurs rondes de négociations, mettant ainsi fin aux rumeurs voulant que le Québec puisse perdre son «garde-manger» au profit d’intérêts étrangers.

C’est que l’entreprise Les Serres Lefort, qui se spécialise notamment dans la production de concombres et de poivrons en serre, s’était placée, au mois de septembre dernier, à l’abri de ses créanciers en raison de son insolvabilité. Elle devait alors à 151 créanciers des montants totalisant 44,6 M$, dont plus de 31,7 M$ à être remboursés à la Fédération des caisses Desjardins et près de 7 M$ à Investissement Québec.

Plusieurs intervenants du milieu ont, à ce moment, craint que les Serres Lefort se retrouvent éventuellement entre les mains d’intérêts étrangers, américains, entre autres. Même le premier ministre du Québec, François Legault, s’était publiquement inquiété de la situation.

En plus de regrouper deux marques de commerce majeures, Mirabel pour les laitues Boston et de spécialité (telles que la mâche, le cresson, la laitue frisée et la Fleur de Mirabel), VÔG pour les concombres et poivrons biologiques, Hydroserre Mirabel, dont les installations sont situées dans le secteur de Saint-Augustin, approvisionnera dorénavant le secteur maraîcher du Québec. Ce sont, en effet, 65 % des transplants de légumes utilisés chaque année par les maraîchers québécois qui proviennent des installations des Serres Lefort.

Avec cette acquisition, l’entreprise mirabelloise dont les installations sont situées dans le secteur de Saint-Augustin comptera dorénavant 260 employés, à savoir 85 à Mirabel et Ham-Nord, ainsi que 175 autres à Sainte-Clotilde-de-Châteauguay.

Fin de l’incertitude

«Cette acquisition met un terme à beaucoup d’incertitudes quant au maintien du contrôle des Serres Lefort par une entreprise québécoise. La page est maintenant tournée pour les deux parties, ainsi que pour nos fidèles équipes de travail que nous avons réunies. Nous pourrons enfin poursuivre rigoureusement ce que nous aimons et faisons le mieux chacun depuis plus de 30 ans: cultiver des transplants pour les maraîchers du Québec, des laitues Boston et de spécialité en culture hydroponique, ainsi que des poivrons et des concombres biologiques en serre pour les marchés québécois, ontariens, des maritimes et du nord-est des États-Unis. Cet esprit de partenariat que nous avons cultivé depuis des années entre Hydroserre Mirabel et les Serres Lefort représente un atout exceptionnel pour amorcer ce nouveau départ. Nous serons plus forts que jamais », a fait savoir, par voie de communiqué de presse, Sylvain Terrault, président d’Hydroserre Mirabel.

La transaction a aussi été saluée par les Producteurs en serre du Québec (PSQ) qui, de concert avec la Filière Fruits et légumes de serre, ont tenu à féliciter M. Terrault et Hydroserre Mirabel de ce dénouement.

«Nous sommes heureux que cette entreprise demeure de propriété québécoise et nous sommes convaincus que cette consolidation permettra de relever les défis de croissance du secteur des serres au Québec», a, enfin, commenté André Mousseau, président des PSQ.

Notons, en terminant, qu’Hydroserre Mirabel a vu le jour en 1987 et que la famille Terrault qui la dirige est issue de Sainte-Thérèse. Sylvain Terrault, président et directeur général, et sa conjointe Chantal Desjardins, vice-présidente, ont d’ailleurs élevé leurs enfants dans cette ville et ils y résident toujours.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section Concours

Concours La meilleur des aventures sucrée 2020
- PUBLICITÉ -
Top