- PUBLICITÉ -
RGAB, CCITB, Boisbriand, Thérèse-De Blainville, dissolution, fusion

Le président du RGAB, Étienne L. Morin, et la trésorière de l’organisme, Maude Gauthier, ont pris la pose en compagnie des autres administrateurs de l’organisme, Marc-Olivier Gagnon, vice-président, Julie Durand, Patrick Thifault, Marleen Côté, directrice générale, Martin Bradette et François Bertrand, vice-président. (Photo Claude Desjardins)

Dissolution de l’organisme: le RGAB rejoint la CCITB

Comme l’ont fait d’autres associations locales auparavant, le Regroupement des gens d’affaires de Boisbriand a officiellement adopté sa dissolution prochaine (30 septembre) et son adhésion à la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville.

Ce point apparaissait à l’ordre du jour de l’assemblée générale annuelle de l’organisme, tenue le mardi 12 septembre au restaurant Chez Milot. «Il s’agit d’une étape capitale pour l’avenir du RGAB», de dire son président, Étienne L. Morin, quelques minutes avant l’assemblée, expliquant que la motivation derrière cette démarche était de regrouper les forces des différents organismes et d’accroître les possibilités de réseautage pour les 700 membres du RGAB. «La force du nombre, c’est ce qui permet de réaliser de plus grandes choses», d’ajouter M. Morin.

 

L’aile RGAB

Dans les faits, le RGAB ne disparaîtra pas totalement du paysage économique régional, mais deviendra une aile de la CCITB, au même titre que l’Aile jeunesse, Femmes en affaires, l’Aile des gens d’affaires de Rosemère (AGAR) et le Groupement des entreprises de Sainte-Thérèse (GEST).

Avec le développement du Faubourg Boisbriand, le commun des mortels aurait pu croire que le phénomène aurait eu un effet vitaminique sur un organisme comme le RGAB, ce qui ne s’est pas nécessairement avéré. «Oui et non, répond M. Morin quand la question est posée. Il y a beaucoup de bannières corporatives et nationales dans le Faubourg Boisbriand, c’est-à-dire des commerces qui ne sont pas nécessairement exploités par des entrepreneurs locaux qui pourraient s’impliquer dans une association locale ou dans la communauté.»

Une autre étape

Pour le président, le RGAB aura été un organisme de premier plan pour développer le commerce boisbriannais, l’achat local et le réseautage entre les commerçants. «Nous sommes tout simplement rendus à une autre étape, celle d’allier nos forces à celles des autres regroupements», dit-il. Une association avec la CCITB, par exemple, permettra au RGAB de bénéficier d’outils administratifs qui permettront à ses dirigeants bénévoles de se dégager une meilleure marge de manœuvre pour lancer des idées et proposer des projets.

À noter qu’une conférence de presse, prévue mercredi prochain (20 septembre), permettra au RGAB et à la CCITB de rendre cette fusion officielle.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top