- PUBLICITÉ -
Bois-des-Filion: Pomme d’amour

Soulas Roubos et Mélanie Gouveia ont procédé à l’inauguration de la garderie Pomme d’amour

Bois-des-Filion: Pomme d’amour, une nouvelle garderie

Une nouvelle garderie vient d’ouvrir ses portes sur le boulevard Adolphe-Chapleau, à Bois-des-Filion, et accueillera entre ses murs 80 enfants à partir du 7 janvier. En plus d’être reçus par 12 éducatrices dûment formées à chaque jour, ils trouveront chez Pomme d’amour, un encadrement éducatif bien planifié.

Pomme d’amour, c’est le nom qu’ont donné à cette garderie éducative Mélanie Gouveia et Soula Roubos, deux ex‑enseignantes qui souhaitaient prendre un nouveau virage professionnel en lien avec leur expertise commune. L’idée d’ouvrir une garderie en y intégrant un programme éducatif leur est apparue comme une voie toute désignée.

Au cours des deux dernières années, elles ont donc élaboré leur concept de garderie éducative tout en prenant soin de penser aux moindres détails dans l’aménagement des pièces où séjourneront quotidiennement les petits bouts de chou.

Vendredi soir dernier, c’était la coupe officielle du ruban. Après quoi, membres de la famille et personnalités publiques, dont le maire de Bois-des-Filion, Paul Larocque, ont pu découvrir cette garderie un peu spéciale. Le lendemain, Mmes Gouveia et Roubos devaient accueillir des parents curieux d’en savoir un peu plus sur l’endroit.

Mais attention, il n’y a plus de places disponibles et 600 noms figurent déjà sur la liste d’attente. Comme il s’agit d’une garderie privée subventionnée, toutes les places sont à 7 $ par jour. «Des places à 7 $, c’est rare maintenant», indique Mélanie Gouveia.

La construction de cette garderie a nécessité un investissement de 1,4 million de dollars. Les éducatrices s’occuperont des bambins dans des pièces réservées par tranche d’âge, à l’exception des aires communes comme l’espace bibliothèque, la salle à manger et le terrain de jeu extérieur.

Dans chacune des pièces, les nouvelles propriétaires ont pensé à des éléments amusants pour les enfants, mais aussi aux aspects pratiques. Toutes les pièces disposent d’un écran qui permettra aux éducatrices de voir toute personne à la porte d’entrée et d’un bouton pour l’ouvrir sans avoir à laisser les enfants sans surveillance.

Dans la pouponnière, les propriétaires ont eu l’idée de fixer les chaises hautes au mur et à la hauteur des éducatrices chargées de faire manger les bébés. Juste en dessous se trouve une tablette longeant le mur qui permettra de nettoyer facilement les éclaboussures.

Les petits détails de ce genre tenaient à cœur à Mme Gouveia et Mme Roubos. «Ça a été construit avec des cœurs de mères et des cerveaux d’enseignantes», souligne Mélanie Gouveia.

Quant au programme éducatif, il servira évidemment à stimuler l’éveil des enfants et à les préparer aux étapes ultérieures de développement. Les enfants de deux ans y apprendront à interagir avec les copains et à partager. Ceux de quatre ans seront préparés à leur entrée à l’école régulière et, de ce fait, à suivre des consignes. Les propriétaires se disent fières de leur programme soigneusement élaboré. «Notre expertise est aussi dans l’académique», fait remarquer Soula Roubos.

Mélanie Gouveia et Soula Roubos se sont aussi assurées d’établir des partenariats, question de ne laisser aucun problème sans solution. Elles se sont notamment entendues avec Servirplus pour recevoir les services d’orthophonistes ou de psychologues au besoin.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top