- PUBLICITÉ -
Yves Lambert: airs de famille

Le chantre du Yves Lambert Trio.

Yves Lambert: airs de famille

Il y a deux moments dans l’année où Yves Lambert est aussi sollicité que Bonhomme au Carnaval, soit lors des festivités de la Saint-Jean-Baptiste et l’actuel temps des Fêtes qui nous amenait le folkloriste avec deux autres musiciens, à l’église Sacré‑Cœur.

C’était samedi dernier et il y avait une grande nouveauté dans la salle de type cabaret d’Odysène, avec des identifications alphanumériques aux tables.

Sans doute les réservations en sont elles facilitées, mais on y perd en liberté avec un entourage imposé à la même table, alors que l’ancienne formule favorisait les rencontres avec des visages connus. Et il faut dire que c’est plutôt embêtant de se retrouver seul étranger à une tablée familiale.

Qu’à cela ne tienne, Yves Lambert fait rapidement une grosse famille avec la foule réunie et vous aurez deviné que la bonhomie et la sympathie de l’animation n’ont d’égales que la qualité musicale du trio.

Parce que l’ex‑meneur de La Bottine Souriante (un rôle majeur aujourd’hui assumé par André Marchand) et aussi chantre du Bébert Orchestra était flanqué d’Olivier Rondeau à la guitare ainsi que de Tommy Gauthier au violon et mandoline, avec toute la podorythmie et l’énergie intrinsèque à un folklore beaucoup plus dansant que mélancolique.

Le disque du Yves Lambert Trio est disponible aux éditions La Prûche Libre et vous y découvrirez notamment la Suite pour Johnny Connoly qui témoigne éloquemment du talent et surtout de la voix organique du chanteur qu’on n’imagine pas sans son accordéon.

Rappelons que Yves Lambert était membre fondateur de La Bottine Souriante, en 1976, et que le musicien créait le Bébert Orchestra en 2004. La Bottine lançait d’ailleurs son tout dernier opus intitulé Appellation d’origine contrôlée en 2011.

La Société de musique viennoise, le 12 janvier

Restons dans le folklore de haut niveau, mais cette fois avec des polkas, des marches et surtout de la valse brillamment interprétées par les musiciens de l’Ensemble Strauss-Lanner, promu par la Société de musique viennoise du Québec.

Ce sera le 12 janvier, avec Jean Deschênes à l’animation, toujours dans la petite salle de type cabaret sise à l’angle du boulevard Labelle et de la rue Blainville, et le prix d’entrée n’est que de 26,50 $.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top