- PUBLICITÉ -
Vincent Vallières fabrique l’aube

Vincent Vallières et André Papanicolaou sur la scène du Théâtre Lionel‑Groulx.

Vincent Vallières fabrique l’aube

Est-ce la personnalité, la musique ou bien les textes de Vincent Vallières qui font de lui le barde du moment? Chose certaine, l’auteur, compositeur et interprète, qui passait par Sainte-Thérèse, la semaine dernière, connaît un succès qui devrait le porter encore longtemps.

On aime ou on déteste Vincent Vallières. Même sans être fan du chanteur, souvent à cause d’une voix assez courte qui charme pourtant son auditoire, on a l’obligation de reconnaître le talent du mélodiste, le parolier qui parfois se fait poète et surtout l’artiste, parce que tout est convergent dans l’homme.

Son corpus est déjà solide et fortement constitué avec six disques, dont ce tout dernier, Fabriquer l’aube, et il faut dire que Vincent Vallières sait parler à son public qui ne l’écoute pas que pour les chansons.

Musicalement, on classe directement le musicien dans la pop rock, la ballade et tout ce qui se fait avec de belles mélodies à la guitare électrique ou acoustique, parce que c’est vraiment le mélodiste qui prime avec Vallières, quoique les textes demeurent toujours soignés.

Et parlant guitare, il faut nommer André Papanicolaou qui tient l’instrument avec Vincent Vallières, mais qui sévit également seul sur disque. L’auteur, compositeur et interprète nous livrait quelques chansons, en première partie, de son disque intitulé Into the Woods, Out of the Woods.

Le musicien nous a véritablement convaincus de la qualité de son matériel et de son talent en trois chansons, mais il a fallu patienter vingt minutes avant d’enchaîner avec le spectacle principal.

On nous a expliqué qu’il s’agit d’une exigence du producteur, malheureusement inutile puisque personne ou presque n’est sorti de la salle. Mais ce ne fut qu’un pépin dans une récolte de fruits frais chez Papanicolaou et mûrs chez Vallières.

Nous avions donc l’assurance d’une carrière consolidée et productive pour Vincent Vallières, au sortir du Théâtre Lionel-Groulx, et aussi d’une autre en devenir, tout à fait à surveiller avec le jeune guitariste qui n’est pas sans rappeler Tom Petty.

C’est bien évidemment anglophone, mais le garçon est parfaitement bilingue et vous aurez droit à quelques bribes de ses chansons sur son site Internet qui vous convaincront du talent de ce jeune guitariste-chanteur, aussi très recherché comme musicien accompagnateur.

Nadja, le 27 mars

C’est toujours au Théâtre Lionel-Groulx, le 27 mars, que vous aurez l’opportunité d’entendre la découverte de l’émission The Voice, en France, soit la chanteuse Nadja.

Son disque, intitulé Des Réponses, donne dans la ballade, la pop et quelque peu la soul avec une voix très typée. Il vous suffit de visiter le [www.odyscene.com] pour plus de renseignements et vous pouvez réserver en composant le 450‑434‑4006.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top