- PUBLICITÉ -
Une exposition pour comprendre l’importance de l’acériculture

Photo Benoît Bilodeau

Le président de la Corporation du moulin Légaré, Michel Goyer, accompagne ici la conseillère municipale Isabelle Matioli, de la Ville de Saint-Eustache, et Roland Tourangeau, président de la Caisse Desjardins de Saint-Eustache–Deux-Montagnes, qui ont appuyé financièrement la tenue de cette exposition.

Photo Benoît Bilodeau

Quelques photographies de cabanes à sucre de Saint-Eustache.

Photo Benoît Bilodeau

Quelques objets et artefacts qu’il est possible de voir.

Photo Benoît Bilodeau

Une photographie prise à la Cabane à sucre Lalande, en 1960.

Une exposition pour comprendre l’importance de l’acériculture

Jusqu’au 24 mai, à Saint-Eustache

La culture des érables et, par extension, la transformation de sa sève en sirop d’érable par exemple, ce qu’on appelle l’acériculture de façon plus formelle, est omniprésente au Québec depuis des décennies, et bien même avant l’arrivée des premiers colons européens. Chaque année, petits et grands se régalent en effet des produits de l’érable et s’adonnent à diverses activités dans les cabanes à sucre de Saint-Eustache et des environs.

Pas étonnant donc qu’une exposition portant justement sur l’histoire de l’acériculture québécoise voit le jour et que ce soit la Corporation du moulin Légaré qui en a eu l’idée, l’a produite et montée. Et cette exposition est d’ailleurs présentée depuis quelques semaines déjà à la Maison de la culture et du patrimoine de Saint-Eustache (manoir Globensky) et le sera jusqu’au 24 mai prochain.

«Il s’agit d’une exposition qui réunit artefacts, illustrations, photographies et documents historiques, le tout dans le but d’interroger le regard que nous posons, aujourd’hui comme hier, sur l’acériculture, ses acteurs, ses pratiques et ses produits» , devait signaler Michel Goyer, président de la Corporation du moulin Légaré, lors de la soirée de vernissage, tout en remerciant les différents partenaires qui en ont permis la réalisation.

Ce que l’exposition propose

Cette exposition temporaire, intitulée «De l’érable à la canne: regards passés et présents sur l’acériculture» , plongera les visiteurs dans une période charnière de l’histoire de l’acériculture, alors que l’industrie acéricole telle qu’on la connaît aujourd’hui commence à prendre forme.

Les débuts de la lutte aux succédanés de l’érable à la fin du XIXe siècle y sont évoqués, tout comme la modernité de l’industrie acéricole au tournant du 20e siècle, alors même que s’organisent les premières «parties de sucre» .

Aussi, l’exposition s’interroge sur les origines de l’importance accordée pendant longtemps à la couleur du sirop d’érable, mais qui tend de nos jours à diminuer au profit du goût, et fait état de l’apparition, dans les années 1950, de la fameuse «canne de sirop» , dont la popularité n’a cessé de croître depuis.

Des activités éducatives

Comme c’est le cas lorsque la Corporation du moulin Légaré organise des expositions temporaires, des activités éducatives sont également au programme. Les élèves du primaire pourront ainsi, à partir du 6 janvier prochain, prendre part à l’activité La «canne» réinventée, au cours de laquelle ils seront invités à imaginer la «canne» de sirop du futur. Aussi, les enfants auront le loisir de fabriquer leurs propres moules avec l’activité Le sucre d’érable sous toutes ses formes, question de leur faire revivre la tradition des moules à sucre d’érable.

Notons, enfin, que l’entrée à cette exposition est gratuite pour les citoyens de Saint-Eustache, sur présentation de la carte citoyen; alors que le coût d’entrée aux autres visiteurs est de 3 $ ou moins, selon l’âge.

Pour connaître les heures d’ouverture et la tarification demandée, il suffit de consulter le [http://www.vieuxsainteustache.com] ou de communiquer au 450 974-5170.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top