- PUBLICITÉ -
Un premier roman pour Yves Woodrough

Un Premier Roman Pour Yves Woodrough

Un premier roman pour Yves Woodrough

Héritages d’illusion

On le connaît surtout comme architecte, et c’est d’ailleurs à ce titre que le nom du Thérésien Yves Woodrough a largement circulé au cours des 40 dernières années, lui qui a notamment vu sa carrière couronnée du prix Jean-Marc-Boisvert, décerné par la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville.

Ce qui était beaucoup moins notoire, c’était son affection pour les mots et l’écriture, une passion qu’il cultivait en marge de son action publique et qui vient de prendre un détour concret par la publication, à compte d’auteur, d’un premier roman intitulé Héritages d’illusion.

La plume est belle, le vocabulaire est riche, et le nouveau romancier entraîne son lectorat dans une histoire en déconstruction qui décrit d’abord le meurtre sordide d’une jeune femme avant de s’intéresser à la destinée de son fils (Clovis) et du père de ce dernier. Clovis n’a connu ni l’une ni l’autre et, le jour où on l’informe qu’il est l’unique héritier de Germain Letendre, il part sur les traces de son père biologique.

Cette histoire de meurtre et de rédemption, qui s’étale sur 200 pages en s’attardant à tour de rôle à chacun des principaux personnages, vient de paraître aux éditions Carte blanche, une maison montréalaise qui accompagne les auteurs en leur permettant de publier leur œuvre dans un emballage professionnel et de profiter d’une distribution en librairie.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Metro Rosemere
- PUBLICITÉ -
Top