- PUBLICITÉ -
Un an avec les Zapartistes

(Photo Michel Chartrand)

Un an avec les Zapartistes

Humour

Le spectacle des Zapartistes nous est finalement apparu plus long que l’année 2009, après trois heures de blagues inégales, d’imitations approximatives, dans une mise en scène bancale. Il était 23 h, quand leur revue de l’année a fini par finir.

Il est une règle d’or en production de spectacle qui dit que la tête ne peut en recevoir davantage que les fesses peuvent en supporter et, malgré l’entracte, ce furent quand même plus de deux heures trente d’un spectacle inégal qui nous donnait sérieusement envie d’être ailleurs pour les trente dernières minutes, ce qui ne nous aurait de toute façon rien fait manquer.

Les textes de Zap 2009 sont trop éditorialistes, l’angle politique de gauche oblitère constamment la drôlerie pour en faire une raillerie politique convenue. Il est intéressant de faire le tour de l’actualité, mais pas nécessairement toute l’actualité comme une éphéméride.

Il y avait pourtant des personnages qu’une bonne mise en scène aurait su mieux exploiter, en les faisant revenir davantage dans les sketches.

Bien évidemment, on pense au Jean Charest de François Parenteau, mais aussi son inspecteur Columbo et la lente drôlerie de son Maka Koto, de même qu’un incontournable Stephen Harper. Mais ils ne font finalement que quatre fois dix minutes dans une litanie de coups de gueule qui ne laisse, en bout de piste, qu’un souvenir vague.

Sans doute faut-il voir ce spectacle en formule cabaret avec un verre à la main pour mieux rigoler et surtout l’opportunité d’aller pisser pour casser la longueur et se dégourdir un peu les jambes.

Heureusement qu’on a un peu coupé sur les chansons qui prenaient davantage de place par les années passées, avec un petit orchestre de trois musiciens pour compléter la troupe de Parenteau avec Christian Vanasse, Nadine Vincent et François Patenaude, sinon on y serait encore.

Il y avait aussi un Maisonneuve en direct drôle dans sa platitude, mais un pastiche de Parlons sport parfaitement inutile qui avait le malheur de s’ajouter en conclusion d’un spectacle définitivement trop long pour son contenu, ainsi qu’en vertu du confort des banquettes.

En fait, si vous aimez ce type d’humour politique et social, il n’y a qu’à écouter le 95,1 FM le samedi matin à 11 h, avec À la semaine prochaine, sur Radio-Canada, qui a justement sorti deux des Zapartistes parce qu’ils se substituaient davantage aux éditorialistes qu’ils ne donnaient dans l’humour.

Remarquez que vous pourriez aussi repasser un vieux disque des Cyniques parce que, dans le fond, les choses ne changent guère plus en humour qu’en politique.

Peter Macleod le 21 janvier

Il devait être chez nous le 12 septembre, mais le tournage de l’émission Bienvenue aux dames, sur V, obligeait l’humoriste à quelques reports de spectacle et c’est donc ce 21 janvier que Peter Macleod montera sur la scène du Théâtre Lionel-Groulx. Vous pouvez réserver en ligne sur le site [www.theatrelg.com], ou bien en composant le 450-434-4006.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top