- PUBLICITÉ -
Théodore Dubois et les Chanteurs de Sainte-Thérèse: le Paradis perdu avec 150 choristes

Du conseil d’administration, nous retrouvons ici les choristes Jasmine Leclerc, Éric Harvey, Lise Tonietto, le président des Chanteurs de Sainte-Thérèse, Antonio Hortas, puis Louise Lalonde, Liette Philibert et maestro Michel Brousseau.

Théodore Dubois et les Chanteurs de Sainte-Thérèse: le Paradis perdu avec 150 choristes

Les Chanteurs de Sainte-Thérèse et le chef Michel Brousseau vous invitent à un cocktail suivi d’un grand concert de Théodore Dubois, le vendredi 11 mai, d’abord à l’hôtel de ville, pour un échange à propos du Paradis perdu, puis à l’église mère pour entendre les 150 choristes interpréter l’œuvre en quatre actes.

«C’est la plus belle œuvre que j’aie jamais dirigée», de plaider le chef qui voudrait bien voir l’église Sainte-Thérèse d’Avila bondée pour se délecter de l’œuvre qui n’a été interprétée que deux fois au Canada, soit par l’Orchestre symphonique de Québec, lors de sa fondation, en 1902, puis à Montréal, en 1938.

Rappelons que l’enregistrement que le chef a fait de deux œuvres inédites de Théodore Dubois amenait maestro Michel Brousseau au Carnegie Hall de New York, puis dans deux tournées italiennes et une direction en France, et son engouement pour le compositeur semble croître encore avec cette œuvre tout en contrastes et en nuances, que les choristes semblent chérir.

Ils sont en fait Les Chanteurs de Sainte-Thérèse, le Chœur classique d’Ottawa, le Chœur philharmonique du Nouveau-Monde, ainsi que le Chœur Tremblant, tous réunis sous la bannière de la Société Philharmonique du Nouveau-Monde.

Pour jouer ce drame-oratorio d’Édouard Blau, d’après le poème de John Milton mis en musique par Théodore Dubois, il y aura la soprano Maria Knapic, dans le rôle d’Ève, alors que Steve Michaud interprètera Adam. Le ténor Jeffrey Carl aura le plaisir jouissif d’être Satan face à l’Archange, soit la mezzo soprano Renée Lapointe.

La pianiste répétitrice des Chanteurs de Sainte-Thérèse, Danielle Maisonneuve, complète la formation qui semble littéralement exulter à l’idée de cette œuvre d’inspiration chrétienne tout en contrastes, avec des dialogues entre Satan et les anges lors de l’expulsion du jardin d’Éden.

Vous en saurez davantage lors d’un mini cocktail placé sous la thématique française et donné à l’hôtel de ville de Sainte-Thérèse, en compagnie du chef.

Il n’en coûtera que 75 $ pour avoir droit à cette rencontre au cours de laquelle Michel Brousseau vous entretiendra des principales caractéristiques de chacune des parties, ainsi que du contexte de l’œuvre.

Ce prélude tenu avant le concert aura lieu à 18 h. Il permettra de mieux apprécier le spectacle dans toute son évocation et sa poésie, puis l’on se transportera tout à côté, dans les places VIP, pour entendre les chœurs entonner ce Paradis perdu qui semble déjà leur coller à la peau.

Pour réserver ces places VIP avec cocktail, vous devez joindre Antonio Hortas, président des Chanteurs de Sainte-Thérèse, au 514-618-3640.

Autrement les places coûteront 20 $, 30 $ et 45 $, selon les sections, et vous devez communiquer avec Odyscène, au 450-434-4006, pour réserver votre banquette.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top