- PUBLICITÉ -
Entête - Culture

Théâtre musical: l’Audition et les finissants

Est-ce une façon d’appréhender leur carrière en devenir? Quoi qu’il en soit, les finissants et finissantes en Théâtre musical du collège Lionel-Groulx vous convient à L’Audition, une pièce qui nous amène tout droit sur Broadway.

Danseurs et danseuses réunis sur les planches devront donc se colleter avec Zach, un chorégraphe frustré aux commentaires assassins et aux manières pour le moins directes, dans le but de se faire une place dans son prochain spectacle.

James Kirkwood s’était fait reconnaître avec le livret de la version originale A Chorus line, avec le danseur Nicholas Dante, mais c’est davantage le compositeur Marvin Hamlisch qui fut honoré aux Tony, aux Grammy, à l’Academy et aux Emmy Awards, en plus d’avoir reçu deux Golden Globes et un Pulitzer Prize.

La traduction, l’adaptation ainsi que la mise en scène sont de Nathalie Deschamps, une comédienne bardée de diplômes et aux multiples réalisations scéniques, dont des collaborations avec l’Opéra de Montréal. Elle travaille auprès des jeunes interprètes depuis vingt ans déjà.

Fort heureusement, on a inclus le directeur musical et pianiste Sylvain Bertrand au spectacle pour établir une réciprocité entre les interprètes et la trame musicale. On sentait d’ailleurs une belle complicité entre l’instrumentiste et sa troupe et la présence du piano donne un caractère organique à la représentation.

Tous les comédiens seront sur scène en permanence et les spectateurs verront la troupe évoluer sous pression jusqu’à la production finale. Mais des passés troubles ressurgiront et des interprètes se révèleront avec leurs blessures et leurs angoisses.

Évidemment les étudiants en Théâtre production seront de la partie en recréant sur scène un Broadway actuel, avec des costumes typiques et différents selon le milieu d’origine des personnages, quoique la pièce, selon les commentaires des interprètes, a un caractère vraiment atemporel.

L’angoisse, le trac et le doute sont toujours les mêmes pour les individus, mais la finalité consiste à ne plus faire qu’un, au moment de se présenter au public.

Ils sont une dizaine d’interprètes et certains d’entre eux ont dû fusionner jusqu’à trois rôles pour jouer la trame. Daniel Hotte et Sylvain Normandin ont été leurs guides en chorégraphie et tout ce beau monde semble tendu sur cette fameuse ligne de performance, qui mettra en œuvre toutes les souffrances de l’artiste en audition.

Des répliques sont plutôt rigolotes et les chorégraphies contribuent parfois à l’amusement, mais il ne s’agit surtout pas d’une comédie musicale, et le caractère, comme le drame des personnages, constitue l’essence et le fondement de la représentation.

La pièce sera jouée, chantée et dansée les mardi et mercredi, 28 et 29 mai, à 13 h 30 et 19 h 30, bien évidemment au Théâtre Lionel-Groulx.

On rejoint la billetterie en composant le 450-434-4006.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE
- PUBLICITÉ -
Top