- PUBLICITÉ -
Tel Qu’elles contre le cancer

(Photo Michel Chartrand)

Tel Qu’elles contre le cancer

Arts visuels

Elles sont cinq femmes qui passent par la quête artistique et la création pour se trouver en développant leur créativité, mais qui, ce faisant, ont tout autant ressenti la nécessité de s’impliquer socialement. Or, c’est via leur collectif baptisé Tel Qu’elles que Noémie Drapeau, Denise Proulx, Sylvie Desjardins et Diane Angrignon, regroupées autour de leur formatrice Caroline MacLeay, mettaient sur pied leur collectif philanthropique.

C’est au milieu du mois que ledit collectif invitait la population sur la rue Philippe, à Rosemère, afin de tenir une exposition caritative dont les profits étaient destinés à l’équipée Nous on seinplique, qui participe au Week-end pour vaincre le cancer.

La première édition de cet expo-don résultait donc des ateliers de création que Caroline MacLeay tient dans son atelier du 173, rue Philippe. Artiste et pédagogue autodidacte, elle utilisait surtout le pastel et l’aquarelle avec ses colistières, afin de nourrir cette exposition très éclatée dans son énergie, comme dans sa représentation.

Au sein de ce collectif, il y a Noémie Drapeau, qui s’était désintéressée de l’art pour l’art qu’on lui enseignait au cégep, mais qui s’est raccrochée à sa mère (oui, elle est la fille de Caroline) afin d’entamer une autre démarche susceptible de connecter le beau et l’utile.
À leurs rencontres de création du vendredi soir, les «tendredis», selon l’appellation convenue entre elles, on retrouvait aussi la journaliste Denise Proulx, qui y a cultivé l’ambiguïté créatrice entre le lâcher-prise et la solidarité féminine, tout comme Diane Angrignon, elle aussi peintre autodidacte, qui fréquente le groupe depuis deux ans déjà. Sylvie Desjardins complète l’équipée avec cette étincelle créative dans l’œil qui leur confère une certaine parenté.

C’est finalement une somme de 402 $ que les femmes arrivaient à cumuler à partir des ventes de leurs œuvres, laquelle somme fut majorée à 600 $ par les dons effectués sur place par la quarantaine de visiteurs. C’est Noémie qui était chargée d’acheminer l’argent à la Marche contre le cancer.

Il faut savoir que Caroline MacLeay cultive aussi une passion pour la danse et le piano et que ses œuvres ont nourri des collections privées et orné des livres de musique et pochettes de CD, tout comme du matériel pédagogique et des affiches.

Le collectif féminin continue donc ses rencontres du vendredi et les femmes intéressées par cette démarche artistique et humanitaire n’ont qu’à joindre Caroline MacLeay au 450-621-2071, puisque d’autres projets sont à venir.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top