- PUBLICITÉ -
Susie Arioli... All the Way

La chanteuse jazz Susie Arioli.

Susie Arioli… All the Way

Avec deux Félix, soit Album de l’année et Album interprétation, à l’Autre gala de l’ADISQ, Susie Arioli signait un succès tout aussi populaire que d’estime avec son tout dernier disque intitulé All the Way. La chanteuse était à l’église Sacré-Cœur, vendredi dernier, au grand plaisir d’un public d’irréductibles.

Irréductibles du jazz, certes, mais aussi de la chanteuse qui s’est défini un créneau très spécifique, d’abord en se présentant tel le Susie Arioli swing band, pour progressivement glisser vers une musique et des arrangements encore beaucoup plus recherchés.

On se sent un peu loin du swing avec My Funny Valentine, sans du tout s’en ennuyer d’ailleurs, puisque Susie Arioli a développé un corpus de standards du jazz très étoffé avec des interprétations signées par le guitariste Jordan Officer.

C’est toutefois le guitariste Jonathan Éthier qui accompagnait la chanteuse, avec Bill Gossage à la contrebasse et Tony Albino à la batterie, ainsi que Al MacClean au saxophone avec la caisse claire pour la chanteuse.

Le bilinguisme est un atout important pour Susie Arioli qui voyage aussi en Europe et on se plaît beaucoup à entendre ses intonations vocales dans la langue de Molière. Une chanson comme Un jour de différence est toujours très agréable à l’écoute.

On faisait salle comble pour entendre ses dernières interprétations et cette salle nous donnait l’impression d’un club sélect qui suit la chanteuse depuis longtemps.

Le disque All the Way a également mérité un Félix pour la prise de son et il faut dire que la petite église était taillée sur mesure pour cette prestation qui laissait entendre beaucoup plus que du swing, avec des atmosphères musicales absolument planantes.

La chanteuse est à maturité et en pleine possession de tous ses moyens. Il est à prévoir d’autres disques qui ne pourront que s’inscrire en continuité dans un registre jazz qui rejoint de petites assistances qui, mises ensemble à travers l’Amérique et l’Europe, forment un grand public.

Les amateurs de jazz voudront certes savoir que Dorothée Berryman viendra par ailleurs nous visiter en octobre prochain, mais d’ici là c’est Ian Kelly qui sera à l’église Sacré-Cœur, le 18 avril, afin d’interpréter les titres de son tout dernier disque intitulé All These Lines.

Avec guitare et voix, l’auteur et compositeur Ian Kelly est quelque chose comme un chanteur folk anglophone qui parle français, avec des accents pop qui rendent ses compositions fort intéressantes.

On se renseigne et on réserve en composant le 450‑434‑4006, la salle cabaret de l’église Sacré-Cœur est sise à l’angle de la rue Blainville et du boulevard Labelle, à Sainte‑Thérèse.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top