- PUBLICITÉ -
Soirée-bénéfice du Théâtre Lionel-Groulx

L’énergie que déploie Marco Calliari en compagnie de ses musiciens est absolument irrésistible.

Soirée-bénéfice du Théâtre Lionel-Groulx

34 000 $ pour la relève

C’était la sixième Soirée-bénéfice du Théâtre Lionel-Groulx en autant d’années, mercredi dernier, alors que l’équipe de la directrice Manon Fortin fracassait son objectif en amassant la rondelette somme de 34 000 $, qui ira au développement de la relève artistique de la région.

Cette soirée débutait par un souper napolitain, à la cafétéria, pour ensuite se déplacer vers le grand théâtre de quelque 900 places, où les mélomanes ont fait salle quasi comble afin d’entendre le rital Marco Calliari, un guitariste et chanteur originaire de Rosemère.

Sans doute avez-vous déjà entendu l’Americano, la pièce qui a le plus tourné de ses deux disques, Che la vita et Mia dolce vita, mais chose certaine, vous ignorez beaucoup de choses du chanteur si vous ne l’avez pas encore vu sur une scène, parce que l’énergie qu’il déploie en compagnie de ses musiciens est absolument irrésistible.

La fête était donc garantie et elle a sévi de bout en bout du spectacle. Les rythmes de Marco sont toujours entraînants à la guitare, et la trompette de Lison Champagne leur confère davantage d’élévation dans un rapport très mélodieux. Les arrangements sont précis et les compositions ne détonnent jamais, avec les titres séculaires que sont Bella ciao, Caruso comme O sole mio.

Un spectacle qui a fait l’unanimité donc, alors que les sept maires des municipalités participantes au Théâtre Lionel-Groulx venaient réitérer leur appui à la diffusion de spectacles, ainsi que leur soutien à la relève régionale, puisque les bénéfices iront notamment au développement technique de la nouvelle salle Sacré-Cœur, une nécessité pour Visionn’Arts qui a pour mandat de promouvoir la relève artistique.
«Les résultats de cette collecte de fonds sont très motivants pour l’équipe du Théâtre, qui peut ainsi poursuivre ses engagements envers la relève professionnelle artistique, tout en contribuant à la vivacité culturelle de notre région», de conclure Serge Dion, président du conseil d’administration, qui ne manquait pas de souligner le travail du comité de financement ainsi que l’indéfectible implication de Normand Beaulieu, de la SODET.

Il faut dire que le monde corporatif a bien répondu aux programmes de commandites élaborés par l’équipe de Manon Fortin, tout comme les clubs de service qui étaient tous représentés lors de cette soirée tout à fait sympathique.

Ce qu’il faut savoir de cette grande soirée annuelle de refinancement, c’est qu’elle permet notamment le développement de la série Cabaret, qui s’avère la plus belle vitrine pour la jeune relève professionnelle. Le Théâtre Lionel-Groulx ayant rempli son mandat au point de mériter le Félix de Diffuseur de l’année, voilà que le développement artistique se bonifie et que l’organisme se fait aussi producteur avec le théâtre et l’humour.

C’est donc une fulgurante réussite de notre organisme de diffusion supramunicipal que l’on célébrait de façon tout à fait festive, avec Marco Calliari, qui se présente sur une scène élégamment éclairée, soit dit en passant, lequel a su générer un bel élan de positivisme envers la relève artistique.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top