- PUBLICITÉ -
Entête - Culture

Secondaire en spectacle: un triplé pour le Harfang

Le Carrefour étudiant du Collège Lionel-Groulx était pour le moins fébrile, le 13 avril dernier, alors que s’y tenait la deuxième finale régionale des Laurentides de Secondaire en Spectacle.

S’y mesuraient les gagnants des finales locales des écoles Henri-Dunant, Rive-Nord, St-Gabriel, Séminaire du Sacré-Cœur, Jean-Jacques- Rousseau et du Harfang, présentant douze numéros de variétés dans les catégories Création et Interprétation.

Les grands gagnants de chaque catégorie, de même que le Coup de cœur du public parmi les numéros hors-concours, se sont ainsi vus offrir une participation au Rendez-Vous Panquébécois, ultime étape de Secondaire en spectacle et grand rassemblement d’artistes amateurs où ils pourront entrer en contact avec des personnalités du domaine culturel québécois tout en se produisant dans un contexte professionnel.

Le jury (l’enseignante en danse Roxane Locas, la chanteuse et comédienne Pascale Guénette et le musicien Yan Veillette) a dû choisir ses favoris selon le talent, l’originalité et la présence sur scène des participants.

Dans la catégorie Interprétation, c’est Christopher Brice, du Harfang, qui a triomphé. Le charismatique jeune homme a ravi public et jury par sa présence solide, sa voix suave et texturée, ainsi que l’intensité sincère de son interprétation. Il compte d’ailleurs parmi les seuls concurrents à s’adresser au public, se présentant à lui et expliquant son choix de chanson, Laisse-moi t’aimer.

La deuxième place est allée à Steffi Drouin de l’école Secondaire Rive-Nord, qui a insufflé douceur et force tranquille à son interprétation de S’il suffisait d’aimer, qu’elle livre avec aplomb et de belles nuances vocales.

Enfin, c’est Leila Rondeau qui a remporté la troisième position. Étonnante de maturité et d’assurance, l’élève de première secondaire à St-Gabriel propose une Quand je ferme les yeux aux multiples nuances et envolées, maîtrisant totalement sa voix veloutée.

Le volet Création du concours a couronné, pour une deuxième année consécutive, Daniel et David Mulumba, Lendy Millien et Nervens Dermosthène, également de l’école Le Harfang. Cette fois rejoints par Amélie Boyer, Pralie Léger, Éthlyn Jeunes et Jimmy Abeille, ils présentent un nouveau rap au texte touchant, Repose en paix, bien construit et interprété avec habileté. La mise en scène sobre et la présentation soignée, le groupe avait des airs professionnels en présentant son œuvre. Avec la musique en direct appuyant le texte de manière organique, ce numéro témoigne de beaucoup de travail et d’une démarche sérieuse.

La deuxième place a été enlevée par Marie Sarkassian, de Jean-Jacques Rousseau, dont le jury a apprécié l’audace et la forte personnalité, alors qu’elle y allait d’une prestation de beatbox de sa création, superposant les sons pour un effet impressionnant. Elle s’est également mérité le prix Coup de cœur du jury grâce à sa performance.

Avec un numéro de danse contemporaine alliant intensité dramatique, précision et mouvements amples interprété avec conviction, Tareha Taillon se mérite la troisième place de la catégorie Création. Des mentions spéciales sont également remises à Alexane Roy, de l’école Henri-Dunant, pour le texte de sa bouleversante création théâtrale Amitié Éternelle, ainsi qu’à Sébastien Labelle, troisième élève du harfang récompensé, qui remporte le prix Choix du public pour son rap percutant Briser le silence, qui soulève la foule.

La soirée fut rondement menée par deux équipes d’animation se relayant à mi-chemin, la première (Camille Landry, Charles Courtois, Mathieu Gurreri et Mélissa Nantel, de l’école Rive-Nord) proposant des situations comiques mettant en scène quatre archétypes adolescents, alors que la seconde (Daphnée Roy, Jean-Rémi Boily, Marie-Pier Delorme-Brisebois, du Harfang), plus théâtrale et absurde, suivait les péripéties d’un nain de jardin à l’aube de la fin du monde. Leurs interventions ont été brèves et efficaces, liant agréablement les numéros pour un déroulement rythmé et sans temps morts.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top