- PUBLICITÉ -
Sandrine Hamelin remporte Blainville en chansons

Marie-Claude Collin (conseillère municipale et vice-présidente de la Commission de la culture)

Sandrine Hamelin remporte Blainville en chansons

Il y avait foule au théâtre Lionel-Groulx, le 21 juin dernier, et les spectateurs présents en auraient amplement eu pour leur argent si l’entrée au concours Blainville en chansons n’avait pas été gratuite!

C’est que l’édition 2015 de cette compétition de chant s’est faite particulièrement relevée, chaque participant tirant son épingle du jeu au milieu d’une cohorte au niveau exceptionnel qui tentait de mettre la main sur des prix qui sont autant d’opportunités, comme des performances rémunérées à Blainville en fête, sur les diverses scènes estivales de la région, ou encore au Festival de la chanson de Granby.

Sous la gouverne de l’animateur Maxime Charbonneau, les festivités sont lancées par la traditionnelle performance du vainqueur de la précédente édition, Arielle Prud’homme. Puis, les dix finalistes ont brisé la glace dans un numéro inspiré de la bohème. Un beau moment, qui permet au public de constater l’esprit de camaraderie unissant les concurrents.

Alors que la partie compétition de la soirée commence, c’est Ariane Baribeau qui ouvre le bal avec son interprétation de Necessary Evil, de Nikki Yanofsky. Elle lui prête sa voix veloutée, nuançant son instrument, utilisant les éclats au besoin seulement, et faisant montre d’une présence calme et assurée. Cette première prestation, impressionnante, donne le ton à la soirée, où les pièces aux accents souvent jazzés, parfois rock ou folk, mettent en valeur les voix nuancées, riches et maîtrisées de chaque participant.

Dans un autre registre, Sarah Lévesque propose C’est écrit de Francis Cabrel, tout en douceur, avec une grande sensibilité et de délicates fluctuations vocales. À son tour, Laurence Doire s’en donne à cœur joie sur Fruits défendus de Brigitte Boisjoli, arpentant le plateau avec aisance, imprimant à sa voix suave des inflexions jazzées.

C’est ensuite Justine Leblanc-Brillon qui s’amène, apportant une autre couleur musicale à la soirée avec le folk de Marie-Pier Arthur (Si tu savais), qu’elle livre avec énergie, de sa voix chaude et capable de puissance. Force tranquille, Jeanne Routhier interprète en douceur, mais avec beaucoup d’aplomb, la pièce Pendant que les champs brûlent de Niagara.

Rose Provost livre quant à elle une interprétation enlevante de Je veux de Zaz, avec une voix jazzée, ondulante, parfaite pour ce style musical. Elle cède le micro à Alyssa Hajj Assaf, qui soulève la foule avec sa prestation de la chanson If I ain’t got you (Alicia Keys), à laquelle elle prête une voix vibrante, passant sans effort d’une nuance à une autre, en totale maîtrise de ses moyens.

La suit sur scène Sandrine Hamelin, qui présente un numéro rafraîchissant avec une version acoustique de la pièce Thrift Shop. Pleine d’assurance, la voix puissante aux multiples nuances et inflexions, le débit rapide, le plaisir palpable, Sandrine Hamelin l’ignore à ce moment-là, mais elle offre la performance qui lui vaudra la victoire et le prix Coup de cœur de la ville de Boisbriand.

Mélody Constantin y va à son tour d’une interprétation colorée de la pièce d’Indila Une dernière danse, passant de voix de gorge à voix de tête avec fluidité et sensibilité. C’est enfin à William Monette qu’il incombe de clore la compétition. S’accompagnant à la guitare, il chante d’une voix douce Slow Dancing in a Burning Room (John Mayer), tout en intériorité. Investi et connecté avec la musique, il apporte du même coup une énergie nouvelle à la soirée.

La fébrilité est palpable alors que le jury délibère et que les prestations hors concours de Patrick Isaac II et Audrey-Marie Lefebvre, de même que celles d’Andréanne A. Malette et des finalistes facilitent notre attente. Au terme de la soirée, outre les récompenses attribuées à Sandrine Hamelin, le jury accorde la seconde place à Alyssa Hajj Assaf, et la troisième, à Laurence Doire, lesquelles se voient également remettre respectivement les prix Coup de cœur des villes de Lorraine et de Sainte-Thérèse. Le prix Coup de cœur de la ville de Blainville est remporté par Ariane Baribeau, tandis que Mélody Constantin met la main sur le prix de Société Nationale des Québécois et Québécoise pour le choix d’une chanson en français. Et, prix surprise décerné par la marraine Andréanne A. Malette, la chance d’assumer sa première partie lors de son spectacle du 2 juillet à Blainville, qu’elle choisit de remettre à  William Monette.

C’est ça, Blainville en chansons, un tremplin, des surprises, des prix incroyables. Misant toujours sur l’esprit de groupe, l’aventure et l’apprentissage plutôt que sur la compétition elle-même, l’événement, pour une neuvième année, s’est fait convivial et festif, conservant son côté familial en dépit de sa popularité et de son ampleur grandissantes.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section Concours

Concours La meilleur des aventures sucrée 2020
- PUBLICITÉ -
Top