- PUBLICITÉ -
Salle comble pour l'impératrice Sissi

Sur les traces de l’impératrice Sissi en compagnie des musiciens de l’ensemble Strauss-Lanner, dirigé par Jean Deschênes.

Salle comble pour l’impératrice Sissi

La salle de l'église Sacré-Cœur sied parfaitement à la Société de musique viennoise du Québec qui donnait un concert du Nouvel An avec l'ensemble Strauss-Lanner, placé sous le charme de l'impératrice Sissi.

Bien qu’il aura fallu étaler des chaises jusqu’aux abords de la console de son, dimanche dernier, en après-midi, il s’avère que personne ne fut refusé, même s’il ne restait d’espace pour quiconque.

Cette atmosphère de chaleureuse rencontre que le directeur artistique Jean Deschênes s’évertue à imprimer à ses spectacles bénéficiait donc d’un décorum tout à fait approprié à ce parcours historique servi en musique, dans un style cabaret quand même assez chic.

«On a eu un peu plus de monde que l’an passé, des amis qui accompagnent des fidèles de nos concerts», d’analyser en tombée de rideau le musicien féru de la valse et qui s’est littéralement tapé toute la littérature sur ce personnage historique.

«J’aurais eu du matériel pour deux heures sans même prendre de notes», précise Jean Deschênes, qui a parcouru les endroits où le personnage-culte a vécu. C’était en compagnie de sa conjointe, Anne Lauzon, et de leur fille, Anouk Deschênes, qui jouaient respectivement les clarinettes 1 et 2 dans l’ensemble de huit musiciens.

Sur scène, il y avait aussi Brigitte Lefebvre et Jacques-André Houde, comme premier et second violons, avec Solange Bellemare à l’alto, Pierre Cartier à la contrebasse, Élisabeth Dubé au violoncelle et bien évidemment Jean Deschênes à la flûte et la direction d’ensemble.

La première partie du concert s’ouvrait audacieusement sur du Schubert, avec Zingara, puis suivait une pièce du père de l’Impératrice, intitulée Bayerische Oberländer Tänze. S’ensuivit Gebirgs-Kinger, de C.M. Ziehrer, puis la suite de la première partie, ainsi que toute la seconde, ne fut plus consacrée qu’à la famille Strauss.

Ceux qui ont suivi la série de conférences musicales de 2011 qui nous faisait voyager le long du Danube ont apprécié la pertinence du discours de Jean Deschênes, tant sur la musique viennoise que l’Histoire qu’elle a animée. Mais le programme musical très riche de ce récent spectacle ne laissait que peu de place à la biographie d’une femme dont la vie fut une véritable épopée.

«J’ai choisi de prendre le temps de bien présenter le personnage au départ; ensuite j’ai gardé de courtes notes pour présenter les époques en vertu des pièces», de résumer le directeur artistique d’un spectacle qui est en voie de faire tradition.

Un après-midi viennois parfait en tout point, qui sera par ailleurs repris à Québec, le 15 janvier, au Centre d’art La Chapelle. Le nom nous laisse présager que ce sera tout aussi bien.

Mais nous retrouverons les productions de la Société de musique viennoise du Québec, et plus précisément de l’ensemble Transatlantik Schrammel, le 15 avril prochain, dans un concert qui aura pour invités spéciaux la soprano Monika Hana et le baryton Peter Hana, qui en seront à leur septième tournée américaine, eux qui sont originaires de Vienne.

Ce sera au même endroit, à l’angle du boulevard Labelle et de la rue Blainville, à Sainte-Thérèse. Vous obtiendrez tous les renseignements sur le site Internet d’Odyscène et au 450-434-4006.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top