- PUBLICITÉ -

Un grand concert sous les chandelles avec la pianiste Alejandra Cifuentes Diaz

Sainte-Thérèse: Mozart et Beethoven sous les chandelles

Un grand récital de piano, mettant en vedette la grande pianiste canado-chilienne Alejandra Cifuentes Diaz, aura lieu le dimanche 14 avril prochain, à 14 h, au Centre culturel et communautaire, 120, boulevard du Séminaire, à Sainte-Thérèse. Ce sera le grand récital sous les chandelles avec l’interprétation des œuvres des deux grands génies Mozart et Beethoven.

Mozart

Pour l’occasion, la salle sera uniquement illuminée par la douce lueur des chandelles, avec la pianiste Alejandra Cifuentes Diaz qui interprétera, en guise de lever de rideau, peut-être la plus belle des fantaisies jamais écrites pour le piano, la K. 397 de Mozart. Suivra la sonate K. 545, dite sonate facile, l’une des plus célèbres que Mozart ait composée.

Touché par la Grâce mozartienne, l’auditeur, encore ému par cette émotion profondément ressentie à l’écoute de ces deux premières œuvres, ne pourra ensuite que sourire en entendant les premières notes de la pièce suivante: Ha! que vous dirais-je maman!

Puis, arrive une autre merveille, une autre grande sonate, la K. 332.  Œuvre attachante, mélodieuse et qui nous reste dans la tête des jours et des jours après l’avoir auditionnée.  Tout comme la fameuse et très connue Marche turque!  Et pour terminer la première partie du concert, rien de moins que la transcription pour piano du 1er mouvement de sa Petite musique de nuit!

Beethoven

Pour le premier chef d’œuvre de Beethoven, le public entendra le 3e mouvement de sa sonate La Tempête, composée après avoir entendu un cheval galopé. Puis, vient Pathétique. Pour beaucoup, il s’agit de la plus belle de toutes ses sonates pour piano. Ce sera suivi de l’incontournable Au Clair de lune. Son premier mouvement vaut à lui seul tout le récital en entier, tant cette œuvre bouleverse et émeut.

Et pour conclure cette soirée, une œuvre à découvrir, qui enchante comme le plus beau des levers de soleil : Une de ses dernières sonates pour piano, sa 21e, surnommée Waldstein. Là encore, le premier mouvement, celui qui sera joué, en vaut… la chandelle!

Ce soir-là, dans une ambiance romantique et empreinte d’une grande sérénité vibrera une musique qui trône au sommet des plus belles réalisations de l’humanité. Un concert placé sous le sceau de la grandeur, de l’éloquence et de l’émerveillement.

L’admission est de 30 $ et les billets sont en vente à la librairie Carcajou située à Place Rosemère ainsi qu’à l’entrée, le soir du concert. Renseignements: 514 774-9148 ou [www.concertchandelle.com].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top